Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 12:51

Scherwey: «Contre Genève en quart, on a eu un oeil au beurre noir»

Au moment de fêter le titre national, le Fribourgeois du SCB n'a pas oublié de rappeler que tout n'a pas été si facile durant ces play-off.

Tristan Scherwey a apprécié le caractère de son équipe.

Tristan Scherwey a apprécié le caractère de son équipe. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Samedi soir, Tristan Scherwey a remporté son cinquième titre national. A 27 ans, il est en course pour devenir l'un des joueurs les plus titrés de l'histoire du championnat. Le record en la matière est détenu par Gaston Pelletier et ses huit titres nationaux. Le père de Serge Pelletier avait notamment remporté six titres consécutifs avec le HC La Chaux-de-Fonds dans les années 60.

Tristan Scherwey, lui, a débarqué en 2007 dans la capitale en provenance des juniors de FR Gottéron. Intégré petit à petit dans la première équipe, il a remporté son premier titre en 2010. Cette habitude des sacres ne l'empêche pas d'être ému pour autant. Interview.

Tristan Scherwey, est-ce le plus beau de vos titres?

C'est assez difficile à dire. Chaque titre à sa propre histoire. Ce qui me plaît dans celui-ci, c'est la façon dont nous sommes allé le chercher. En quart de finale face à Genève, on est passé avec un œil au beurre noir. Mais plus les play-off avançaient, plus nous arrivions à augmenter notre niveau de jeu.

Peut-on dire que c'est un titre gagné au courage plus qu'au talent? Ce qui nous défini le mieux, c’est le caractère. Cette capacité de nous battre sans arrêt. Chaque saison, sur chaque série. Contre Zoug, on savait qu'en talent individuel, nous n'étions pas forcément meilleurs qu'eux. Mais on a continué de bosser encore et encore. C'est exactement pour cette raison que nous avons pris le dessus.

Et dire que vous aviez perdu le premier match de chaque série. A la maison qui plus est...

Sur le moment, c'était frustrant, c'est sûr. Quand tu veux gagner chaque match, il faut accepter. A la maison, nous n'étions pas au niveau souhaité. Mais lorsqu'il fallait hausser le ton, on a su le faire. Au final, je pense que plus personne ne se soucie de la manière dont nous avons gagné (rires).

Avez-vous douté durant ces play-off?

Jamais. Même lorsque nous étions menés 3-2 contre Bienne avec un match là-bas, nous savions que nous avions le caractère nécessaire pour tourner la série. On dit toujours la même chose, mais c'est vrai. Il faut prendre match après match. De même, lorsque nous menions 3-1 dans la série contre Zoug, nous étions simplement focalisés sur ce cinquième match. Rien de plus. Toute la journée, nous n'avions que cette rencontre en tête. Toute le monde était prêt.

Créé: 21.04.2019, 18h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.