Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 07:47

Hockey sur glace Serge Pelletier: «Lugano, c'est spécial pour moi»

Le Canado-suisse de 55 ans va poursuivre l'aventure au Tessin, là où il avait fait ses débuts en tant qu'entraîneur, à la fin des années 80.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lorsqu'il a débarqué à la Resega pour remplacer Sami Kapanen, Serge Pelletier ne débarquait pas en terre inconnue. Entraîneur dans le mouvement junior à compter de la saison 1989-1990, il y avait passé huit saisons avant de devenir entraîneur-assistant de la première équipe. Après avoir quitté Lugano en l'an 2000, il a passé deux décennies avant de retrouver le vestiaire luganais.

Le 21 décembre 2019, il a hérité d'une équipe en bien mauvais posture. Avec Serge Pelletier à sa tête, Lugano a remonté la pente et s'est même qualifié pour les play-off grâce à une belle série de 33 points en 18 matches. De quoi justifier un nouveau contrat d'une année pour le technicien qui sera toujours assisté de Rob Cookson et Paul Di Pietro.

Serge Pelletier, on se doute que c'est l'issue que vous espériez...

«On peut le dire, oui. Avant que la saison soit annulée pour les raisons que l'on connaît tous, nous avions déjà eu des discussions avec Hnat Domenichelli, le directeur sportif. Après la qualification pour les play-off, je pensais avoir le droit de rester en post et j'espérais que la situation du moment ne change pas tout.»

Vous imaginiez que ce retour à Lugano se passe aussi bien?

«C'est vrai que de revenir aux sources était quelque chose de spécial. Mais tout s'est en effet bien passé. J'ai également pu compter sur un bon groupe. Je connaissais certains joueurs que j'avais eus sous mes ordres par le passé. Cela a peut-être aidé à facilité mon arrivée à la bande.»

Comment vivez-vous l'incertitude liée au coronavirus et à son impact sur la prochaine saison?

«Il faut tout simplement se tenir prêt. C'est une situation délicate, mais pour l'heure nous nous préparons comme si la saison débutait comme prévu le 18 septembre et nous avons établis d'autres plans pour faire face à un éventuel retard.»

En plus de votre arrivée, le club a communiqué l'absence à très long terme (4 à 6 mois) de Jani Lajunen. Vous n'avez donc qu'un étranger valide actuellement.

«En effet, la situation n'est pas optimale. Hormis Marc Arcobello, tous nos étrangers ne sont pas encore connus. Il faudra rapidement nous mettre à sonder le marché pour y remédier, c'est vrai.»

Par le passé, c'était vous qui engagiez les joueurs et les entraînaient. Ce n'est pas le cas à Lugano, est-ce que cela change beaucoup de choses?

«Oui, c'est sûr que cela change. Mais je trouve que cela me permet de prendre plus de recul sur mon équipe en n'ayant pas à signer les contrats. Chacun à sa tâche. Le directeur sportif fait l'équipe et moi je l'entraîne. Auparavant j'étais au téléphone toute la journée et je me rendais sur la glace pour les entraînements. C'est plus confortable comme sitaution.»

Votre directeur sportif vous consulte-t-il pour prendre ses décisions?

«Avec Hnat Domenichelli, les contacts sont réguliers, oui. Comme j'ai occupé un poste similaire au sien par le passé, il me demande régulièrement mon avis. Par ailleurs, il avait joué sous mes ordres lorsque j'étais entraîneur d'Ambri. A cette époque, nos relations étaient excellentes. Cela aide à faire du bon travail. En y réfléchissant, c'est vrai que l'inversion des rôles est quelque chose d'assez surprenante (rires).»

Créé: 14.05.2020, 18h53

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.