Samedi 18 janvier 2020 | Dernière mise à jour 12:33

Hockey sur glace «Le juge va avoir beaucoup de travail!»

Chris McSorley était en colère malgré la victoire de son équipe à Lugano. Explications alors que la série en est désormais à 2-2.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

GE Servette a beau s'être imposé facilement (1-6) à Lugano, le coach ontarien gardait bien des séquences de cette rencontre âpre à la Resega. Chris McSorley a regretté l'attitude des Luganais qui ont certes joué physique, mais, selon lui, largement au-delà des limites.

- Chris McSorley, Lugano a essayé de vous amener sur le terrain du jeu physique...

«Cela fait 3 ans de suite que c'est comme ça. Cela fait 3 ans que les joueurs de Lugano essayent de jouer physique contre nous. Mais ils ne se rendent pas compte qu'ils se heurtent à notre force. Nous sommes une équipe dure, physique. Si tu veux t'amuser à jouer physique contre nous, tu peux. Mais Lugano possède d'énormes qualités techniques. Sur le papier, ils en ont plus que nous. Mais ils jouent physique et nous sommes capables de l'absorber. Au final, le tableau d'affichage ne ment pas.»

- Quelle a été la clé de ce match?

«La discipline. Sans hésiter. Mes joueurs ont absorbé les chocs et ont évité les problèmes. Le tournant du match? Les pénalités infligées à Maxime Lapierre. Cela a été un point négatif pour Lugano. Nous, nous devons nous concentrer sur notre jeu, comme ce fut le cas ce soir (jeudi) dans un environnement particulièrement difficile.»

- Il y a eu de nombreuses mauvaises charges en fin de match...

«Le juge va être très occupé ces prochaines heures. Il y aura des vidéos dans tous les sens. Les prochaines 24 heures vont être particulièrement folles pour lui.»

- Quoi comme vidéos?

«Il y en aura beaucoup. Je suis fier de mon équipe. Ils ont levé le menton et n'ont jamais baissé la tête. Mais il y a des scènes que je n'accepte pas, comme le coup de poing sur Kevin Romy et la charge à la tête contre Jim Slater, notamment... Nous ne sommes pas des anges, mais nous avons été largement plus saints qu'eux ce soir, à nous tourner autour et à mettre des coups dans la tête. Les arbitres et le ligue doivent tout faire pour éliminer ça. Si Noah Rod prend 4 matches pour ce qu'il a fait, quelqu'un, ce soir, en mérite 40 pour ce qu'il a fait.»

- Ce recours qui n'a pas abouti au Tribunal arbitral du sport, comment l'encaissez-vous?

«Je suis triste. Il n'y a pas eu de blessure à la suite de la charge de Noah Rod. J'ai eu de nombreux échanges avec le juge unique par le passé. E-mail après e-mail, il m'a expliqué que si le joueur n'était pas sorti de la série sur blessure, il n'y avait pas de suspension. Et là... Ulmer n'est pas blessé. Cela montre une inconstance massive dans l'application des décisions. Cela fait 25 ans que je fais cela et on dirait que je ne comprends toujours rien à ce jeu. Que je ne suis pas capable de reconnaître ce qui mérite une suspension et ce qui ne le mérite pas.»

Créé: 25.03.2016, 00h10

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.