Lundi 10 décembre 2018 | Dernière mise à jour 11:13

Voile Bol d'Or: le lac Léman va être pris d'assaut

Le lac sera pris d'assaut par plus de 550 bateaux samedi dès 10h pour le Bol d'Or.

«Le lac est grand...»

Arnaud Psarofaghis qui s'élancera samedi dans son 17e Bol d'Or, qu'il a déjà remporté 3 fois donne quelques impressions. Le Genevois d'Alinghi évoque LA course mythique de la voile lémanique.

Arnaud Psarofaghis, comment se sent-on alors qu'approche le Bol d'Or?

«On est toujours un peu pendu car il s'agit d'un moment important de la saison. Mais c'est une course qu'il faut aborder calmement. Il faut commencer fort mais rester calme et patient. Maintenir au maximum le contact avec les autres et saisir la bonne opportunité.»

Et qui est, sur le bateau, le chef en saisie de bonne opportunité?

«C'est une décision qui se prend en équipe. On essaie d'atteindre une majorité d'avis favorables avant de choisir une option. Mais on est aussi toujours à l'écoute d'une bonne idée.»
En quoi le jeune Arnaud, qui a fait ses débuts sur la course en 2000, diffère-t-il de l'Arnaud actuel?
«En 2000, je faisais les sandwiches et dormais la nuit pendant que mon oncle barrait. Là, je ne fais plus les sandwiches et je ne dors plus...»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Bol d'Or, souvent considéré comme la plus importante régate du monde en bassin fermé, fêtera cette année sa 80e édition.

Le Bol d'Or est un monument de la voile, un laboratoire qui a vu quelques-uns des plus grands navigateurs de la planète s'affronter sur un plan d'eau réputé pour la complexité de ses vents. Un laboratoire, aussi, du point de vue technologique, avec l'innovation en guise de fil rouge.

Qui dit innovation, sur le Léman, dit forcément D35, ces catamarans monotypes qui règnent sur la course depuis leur première participation, en 2004 (une seule édition, celle de 2013, leur a échappé). Tenant du titre, Alinghi fait toujours partie des favoris. «Mais il y a dix bateaux qui peuvent gagner», nuance pour l'ats Arnaud Psarofaghis, régleur de la grand-voile et co-skipper dans l'équipe genevoise.

Le prodige - 17e participation, déjà trois victoires, alors qu'il n'a pas encore 30 ans - pense que les huit embarcations qui participent au D35 Trophy ont leur chance, ainsi que Safram (un Ventilo M1) et, bien entendu, le Ladycat powered by Spindrift (D35) de Dona Bertarelli qui, s'il s'impose, pourrait conserver définitivement le trophée (ce serait la troisième victoire en cinq ans).

Arnaud Psarofaghis, dont la première participation remonte à 2000 - «c'était sur un monocoque, je faisais les sandwiches et dormais la nuit pendant que mon oncle barrait» -, connaît la course par coeur. Il affirme ainsi que la clef du parcours (Genève - Le Bouveret - Genève) sera la capacité «à saisir la bonne opportunité».

Brise légère

«Il faudra être patient, rester au contact des autres équipes et choisir la bonne option au bon moment pour faire la différence, détaille le Genevois. Sur le Bol d'Or, une grosse erreur est très difficile à rattraper.»

Patience était aussi le maître-mot de Lionel Fontannaz, l'expert de MeteoSuisse venu livrer ses prévisions. Le régime de brise qui régnera sur la région ce week-end ne permettra probablement pas aux concurrents de battre le record de l'épreuve (5h01'50 en 1994 par le Triga IV de Peter Leuenberger) et la lutte aura pour cadre ces petits vents si difficiles à lire, anticiper et optimiser.

«Avant de gagner, il s'agit surtout de faire une belle course», insiste Psarofaghis. Elle devrait l'être compte tenu du plateau réuni avec, cette année encore, quelques grands noms de la voile internationale. Notamment le Genevois Bernard Stamm ou les Français Jean-Pierre Dick et Loïck Peyron.

Ce dernier sera à bord d'Okalys Youth, où il fera équipe avec Arnaud Grange, le fils de Nicolas Grange, le skipper historique d'Okalys qui passe gentiment la main à la nouvelle génération. Peyron avait vécu une première expérience dans l'équipe en 2000, soit deux ans avant la naissance d'Arnaud Grange, qu'il a donc vu naître et grandir. «C'est assez génial de pouvoir les réunir et de mettre le plus jeune barreur avec l'un des plus anciens», s'amuse Nicolas Grange dans le programme officiel de ce 80e Bol d'Or fier de son histoire mais résolument tourné vers l'avenir. (ats/nxp)

Créé: 07.06.2018, 14h10

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.