Dimanche 15 décembre 2019 | Dernière mise à jour 09:00

Motocyclisme Ces hommes qui oublient la douleur

Le Japonais Takaaki Nakagami marche avec des béquilles tandis que le Français Fabio Quartararo s’est déboîté une épaule.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils ne sont définitivement pas faits comme nous. On se rappelle du Japonais Testuya Harada courant dans le bac à sable d’Imola, puis relevant son Aprilia 500 2 cylindres, alors que, la veille, il s’était fracturé une cheville. Et Jorge Lorenzo, tombé à l’époque aux essais à Assen, reparti se faire opérer d’une clavicule en Espagne et revenu pour participer à la course du samedi. Et tous les autres, Tom Lüthi qui fait un break décisif en Malaisie en 2005, alors qu’une semaine plus tôt, on avait dû mettre un terme prématuré au GP du Japon suite à une chute dont il s’était relevé avec les deux chevilles d’un bleu, rouge, gris du pire effet. On pourrait multiplier les exemples. Au Sachsenring, pour cette dernière course avant les vacances d’été, ils sont plusieurs à oublier la douleur.


QUARTARARO SE DÉBOÎTE UNE ÉPAULE EN ÉVITANT UNE CHUTE

Les images font peur, à près de 230 km/h, on y voit la Yamaha No 20 du Français de 20 ans Fabio Quartararo se tordre sous le corps de son dompteur, qui va sauver la situation avant la catastrophe. Mais en tentant de remettre sa monture sur le droit chemin, Fabio s’est déboîté son épaule gauche, preuve de la violence des torsions. «Fabio souffre d’une subluxation. On parle de subluxation lorsqu’un membre sort de son logement et qu’on arrive à le remettre en place. Il a déjà souffert deux fois du même problème, une fois il y a deux ans, l’autre il y en a quatre», explique le docteur Tommaso Antonetti, qui officie dans la clinique mobile. «D’un point de vue «mécanique», la réparation est effectuée, mais le vrai problème, c’est la douleur. Nous allons tenter de la contrôler jusqu’à la fin du week-end, notamment par un traitement de cryothérapie», ajoute le toubib. Précision: on se rappelle que l’an dernier, à plusieurs reprises, les épaules de Marc Marquez avaient connu les mêmes soucis, causant des dégâts logiques aux ligaments qui, à force d’être distendus, ne retenaient... plus grand-chose. Le champion du monde avait d’ailleurs passé par la case double opération de consolidation pendant l’hiver.


TOM LÜTHI: ESSAYÉ, PAS PU!

Si on additionne les chronos les plus rapides enregistrés tout au long des trois séances d’essais libres Moto2, ne cherchez pas plus loin: le leader du championnat, Tom Lüthi, est un des favoris pour la course. Problème: il ne s’élancera que de la quatrième ligne de la grille (12e chrono) et sur un tourniquet comme le Sachsenring, ce ne sera pas une sinécure. Que s’est-il passé? Pourquoi la machine qui semblait si bien huilée s’est grippée au moment important? «Nous n’avons pas encore tout analysé, mais j’ai souffert comme jamais ce week-end avec l’avant de ma moto. La température était beaucoup plus élevée que lors des essais libres matinaux, c’est peut-être une explication. Il y a une autre piste à suivre: pour les qualifications, on roule logiquement avec moins de carburant, pour diminuer le poids de l’ensemble et la balance qui était très bonne avec un réservoir plein, ne l’était plus.» Essayé pas pu, donc. Tout le contraire d’Alex Marquez, qui a connu son lot de soucis en matinée, mais qui a été intenable dans l’après-midi.


MOTO E: LA GAFFE DE JESKO RAFFIN

Jesko Raffin aurait préféré marquer d’une autre façon ce jour historique, celui de la première «superpole» de la Coupe F.I.M. Moto E. Le Zurichois, qui était en passe de s’assurer une place en première ligne, a été arrêté au drapeau noir. Sa gaffe? Il s’est élancé dans son tour d’entrée en piste alors que le feu de sortie du couloir des stands était au rouge. Conséquence: une place en dernière ligne pour la course de dimanche matin. Reste à savoir si les motos électriques permettent de dépasser facilement!


LA FINLANDE SE RAPPROCHE

Alors que le calendrier des GP 2020 n’est pas encore rendu public, les promoteurs du GP d’Allemagne ont annoncé que la course du Sachsenring se déroulerait à la date inhabituelle du 21 juin, soit une semaine avant le rendez-vous traditionnel d’Assen, chaque ultime week-end du sixième mois de l’année depuis 1949. Tout cela semble dire que, depuis le nord des Pays-Bas, le Continental Circus devrait poursuivre son chemin dans la même direction, jusqu’au nouveau Kymi Ring, près de Kouvala, à une centaine de kilomètres au nord-est d’Helsinki, en Finlande. On sait que les teams tests MotoGP vont rouler cet été sur le nouveau circuit finlandais.

Créé: 07.07.2019, 09h14

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.