Lundi 9 décembre 2019 | Dernière mise à jour 23:28

Motocyclisme Lorenzo à la retraite, on se bouscule

La place laissée libre par la décision de Jorge Lorenzo attise bien sûr les convoitises.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A 32 ans, le quintuple champion du monde Jorge Lorenzo a dit stop. Moment d’intense émotion, entrecoupé de quelques larmes. Les images se succèdent dans sa tête, les nombreux très bons moments, la douleur, aussi. Physique, morale: «J’aime toujours autant la course, mais j’aime surtout la victoire. Et là, j’ai compris que je n’y arriverais plus. Je suis désolé pour Honda, pour Alberto Puig, car c’est lui qui m’a donné cette possibilité. Je me rappelle très bien de notre premier contact, c’était lors des essais en Catalogne, l’an dernier et je lui ai dit: «Alberto, ne te trompe pas, signe le bon pilote pour remplacer Dani Pedrosa. Et c’est moi.» Las, je n’y suis pas arrivé: un binôme Repsol Honda – Jorge Lorenzo n’est pas fait pour se battre pour quelques points, nous sommes des vainqueurs.» Jorge Lorenzo a compris qu’il était passé très proche, cet été, de séquelles irréversibles. S’il ne prononce pas le mot peur, il l’évoque: «A Assen, quand je rebondissais dans le bac à sable, je me suis dit: «C’est bon, arrête. La vie est trop belle.» J’ai essayé ensuite de retrouver la motivation, mais je n’y arrivais pas, je n’y arrivais plus. Mon futur? Il y a beaucoup de très belles choses à faire dans la vie, je ne veux pas me précipiter. Je veux d’abord m’offrir une bonne et longue pause, quelque part au soleil.»


QUI, À SA PLACE?

L’officialisation de sa retraite anticipée a bien sûr des conséquences. Parce qu’il faut lui trouver un remplacement dans le team Repsol-Honda aux côtés du champion du monde Marc Marquez (à g.), et parce que la saison 2020 commence mardi, ici-même à Valence, pour les premiers essais. Qu’en dit le principal concerné, Marc Marquez? «Je ne force personne. Deux stratégies s’opposent: soit prendre un pilote d’expérience (Johann Zarco ou Cal Crutchlow), ou un débutant. Mon frère, Alex? Il est champion du mode Moto2, il est jeune, il est donc logiquement sur la liste. Mais ce n’est pas mon job de décider qui le HRC engage.» Précision: Alex Marquez (à dr.) a certes prolongé son contrat avec son employeur actuel – le team du Comte Marc Van der Straaten -, pour une saison supplémentaire en Moto2, mais il existe une clause de sortie au cas où une place se libérerait en MotoGP. Et Emilio Alzamora, le manager des frères Marquez, connait toutes les ficelles du métier.


QUAND LORENZO DONNAIT DES CONSEILS NUTRITIONNELS

Lorenzo et Marc Marquez en 2013.

La plupart des pilotes MotoGP – mais aussi Alex Marquez... – ont assisté à la conférence de presse de Lorenzo. Plus tard dans l’après-midi, le champion du monde Marc Marquez a raconté un souvenir personnel: «C’était en 2010, j’étais champion du monde 125cc et Jorge avait gagné son premier titre MotoGP. Nous étions invités pour une même fête, avec un repas. Moi, je mangeais de tout, on amenait du fromage, je mangeais du fromage; on proposait des hamburgers, je n’hésitais pas. J’avais faim, je mangeais. Lorenzo est venu vers moi et il m’a gentiment enguirlandé: «Tu fais quoi? Ce n’est pas ainsi que ça se passe, pense à la diététique!»


L’HOMMAGE DE VALENTINO ROSSI

Il fut son plus grand adversaire, ils furent longtemps équipiers, partageant un box où l’on avait même, momentanément, érigé une barrière: la réaction de Valentino Rossi (à dr.) à l’annonce de la retraite de Jorge Lorenzo était attendue. «Avec Jorge, on perd un personnage très important de notre sport, un des plus importants des temps modernes. Sa vélocité, mais aussi ses capacités de concentration étaient supérieures à la moyenne. Nous avons longtemps été équipiers, il fut l’un de mes plus grand rival, nous avons vécu quelques-uns des plus beaux duels de l’histoire. Je ne peux que lui souhaiter le meilleur pour le futur. Je suis triste de penser qu’il ne sera plus en piste, mais je suis content de savoir qu’il est en bonne santé, qu’il a pris sereinement sa décision.»


DOMINIQUE AEGERTER: TOUT EST RÉGLÉ

Dominique Aegerter et Jürgen Lingg.

Les choses se sont réglées cette semaine pour Dominique Aegerter: son contrat avec le team Dynavolt Intact GP de Jürgen Lingg a été signé mercredi matin, à Memmingen, en la base de l’équipe allemande: «C’est la meilleure chose qui pouvait m’arriver. J’ai un contrat fixe pour le championnat de MotoE – la catégorie sera présente lors de cinq GP européens, Jerez de la Frontera, Le Mans, Assen, Spielberg et Misano, où deux courses seront au programme – et je suis parallèlement pilote de remplacement pour l’équipe en Moto2. Mon but était de rester dans ce paddock, je vais conserver mes partenaires personnels et si le championnat de MotoE se déroule bien, je pourrai peut-être me retrouver sur le marché pour 2021», explique Aegerter. Qui découvrira sa nouvelle moto du 10 au 12 mars prochains, à Jerez de la Frontera.

Jean-Claude Schertenleib, Valence

Créé: 14.11.2019, 20h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.