Samedi 11 juillet 2020 | Dernière mise à jour 01:20

Motocyclisme Cela va repartir, mais comment?

Cette semaine devrait être celle de l’annonce d’un début (pour le MotoGP) et d’une reprise (pour les classes Moto2 et Moto3. Le Japon annulé.

Les pilotes se reverront-ils à Jerez le 19 juillet?

Les pilotes se reverront-ils à Jerez le 19 juillet? Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Clin d’œil du destin: le signal est venu, le week-end dernier, du pays – les Etats-Unis d’Amérique – le plus touché par la pandémie de Covid-19. Le championnat US, dont Dorna (la société espagnole qui détient les droits du MotoGP, mais aussi du mondial SBK) est un partenaire important, a repris sur le circuit de Road America (Wisconsin), sans spectateurs.

C’est sur ce modèle que le championnat du monde 2020 devrait se relancer au cœur de l’été, par deux GP – les 19 et 26 juillet – sur le circuit andalou de Jerez de la Frontera. Suivraient – le conditionnel est bien sûr toujours de mise -, un éventuel GP de la République Tchèque, à Brno, puis deux courses en Autriche. Soit: cinq GP en l’espace de six semaines avec, pour les équipes, un déplacement de l’extrême ouest du continent au centre de celui-ci.

C’est officiel depuis quelques heures: il n’y aura pas de GP du Japon, cette année.

Des GP sans médias

Les scénarii actuellement sur la table prévoient des courses sans spectateurs, avec un paddock idéalement réservé à un maximum de 1200 personnes. Qu’est-ce à dire? Le nombre de techniciens de chaque team sera limité, idem pour le personnel «administratif» des équipes – responsables de la communication, catering, etc -, alors que les représentants des médias devraient être priés de rester chez eux. Seules, dans ce cas de figure, les équipes chargées de la production des images télévisées – c’est pour sauver les droits TV qu’il faut reprendre au plus vite – seraient sur place. Pas plus d’invités, de VIP et de représentants des sponsors. Chaque matin et chaque soir, pilotes et techniciens devront se soumettre à des tests.

Ce tout pour la course, logique en soi en regard de la situation actuelle, ne sera pas pour autant facile à réaliser, si l’on en croit l’expérience vécue la semaine dernière par Dani Pedrosa. Pilote de développement de l’usine KTM, l’Espagnol était attendu mardi soir sur le circuit autrichien du Red Bull Ring, pour deux journées de tests. Après avoir hésité à prendre la route pour rejoindre la Styrie, l’habitant de Nyon s’est finalement décidé pour un vol Suisse-Vienne. A l’arrivée dans la capitale autrichienne, muni d’un examen négatif au Covid-19 réalisé la veille, Pedrosa s’est néanmoins retrouvé dans une impasse.

En quarantaine à Vienne

C’est ce qu’a expliqué le directeur sportif de la marque autrichienne, Pit Beirer, à nos confrères de «Speedweek»: «Son test négatif n’avait même pas un jour, mais il n’était pas accompagné d’un document précisant les valeurs de laboratoire. Dani a donc été immédiatement placé dans un hôtel de quarantaine, à l’aéroport.»

Les responsables de la marque autrichienne sont alors entrés en contacts avec la laboratoire suisse qui avait testé l’ancien triple champion du monde, les documents nécessaires ont été envoyés par courrier électronique et les gardes de la quarantaine de la police ont «libéré» le pilote aux alentours des 21 heures.

Ne lui restait plus qu’une heure et demie de route pour rejoindre Spielberg. Mercredi matin, les tests – semble-t-il prometteurs! – pouvaient commencer.

Jean-Claude Schertenleib

Créé: 01.06.2020, 10h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.