Mardi 23 avril 2019 | Dernière mise à jour 00:25

Ski-alpinisme Le couloir qui fera trembler les championnats du monde

Les mondiaux du ski de randonnée se déroulent cette semaine à Villars. Au programme, un goulet à 60° pour renouer avec l’essence du sport.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’Invisible. Tel est le nom attribué au couloir que devra emprunter à partir du lundi 11 mars l’élite du ski-alpinisme. Pourquoi ce nom mystérieux? Stéphane Chanez, responsable du secteur de course, nous indique que «dissimulée entre les rochers, même l’entrée est difficile à trouver». Invisible, car il vaut mieux qu'il reste caché pour le commun des mortels, qui aurait des frissons à sa simple vue! La pente à gravir y est vertigineuse. Sur certaines sections du tronçon de 200 mètres de long, la dérupe est estimée à plus de 60°. A titre de comparaison, la piste du Pas de Chavanette (VS) atteint péniblement les 40°. Autant dire que, sur les hauts de la station vaudoise, la chute est interdite et une préparation exigeante est nécessaire.

Quelque chose d'unique

Stéphane et quatre coéquipiers auront passé en tout plus de 100 heures pour sécuriser les entrailles de Chaux Ronde (2027 mètres). Briser des corniches à la seule force humaine, percer le rocher pour installer des ancrages et tailler une à une des marches d’escalier à la pioche: tout est chronophage. Pas de quoi faire perdre le sourire à l’artisan du lieu: «Mon secteur, c’est le plus beau! Nous sommes éloignés des pistes. Cette étape est astreignante, mais elle a quelque chose d’unique.»

Le ski-alpinisme aseptisé

Johann Tâche, responsable technique de la course, confirme l’originalité: «Je ne pense pas que des couloirs aussi techniques aient déjà été prévus au programme de championnats du monde.» Quand il voit une épreuve comme le sprint (ndlr: une course sur piste de moins de 5 minutes avec un dénivelé ridicule), celui qui a participé à dessiner le tracé villardou se dit que «le ski-alpinisme a été partiellement aseptisé pour répondre au format TV.» L'Invisible revêt donc une importance capitale: «En offrant une expérience alpine aux athlètes, nous conservons les gènes du ski de randonnée.» Aux yeux de Johann, la Fédération internationale de ski-alpinisme doit trouver un point d’équilibre entre rendre les courses télévisuelles et rester attaché aux valeurs d’un sport qui est quand même «into the wild».

Des craintes et une carte postale

Avec des champions issus de 29 pays, le responsable technique concède ne pas trop savoir à quoi s’attendre. Il estime que certains sportifs ne seront pas très habitués à ce type de terrain: «Tant qu’ils ne se retourneront pas dans le couloir, ils ne vont pas trembler. Et s’ils le font, ce sera trop tard!» Ainsi, quelques craintes seront assurément présentes. «C’est pour cela que l’on met toutes nos forces pour sécuriser le parcours» poursuit le responsable technique qui se réjouit déjà d’avoir les retours des participants. Pour lui, une fois la peur surmontée, «chaque coureur repartira avec une carte postale unique, un souvenir qu’il pourra se remémorer encore des années durant.» (Le Matin)

Créé: 10.03.2019, 15h57

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.