Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 04:10

Ski alpin La Coupe du monde peut-elle se passer du Lauberhorn?

Pour Jean-Philippe Rochat, ancien vice-président de Swiss-Ski, la question mérite d'être posée...

Pour Jean-Philippe Rochat, la Coupe du monde de ski pourrait très bien se passer du Lauberhorn...

Pour Jean-Philippe Rochat, la Coupe du monde de ski pourrait très bien se passer du Lauberhorn... Image: VANESSA CARDOSO/ARCHIVES

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Faut-il s’inquiéter pour le Lauberhorn? Cette course si longue, si belle, si mythique, que tout skieur de la Coupe du monde rêve d’épingler, au même titre que Kitzbühel, à son palmarès va-t-elle disparaître du calendrier en janvier 2022? L’Eiger est actuellement dans le brouillard suite à une bisbille entre Swiss Ski et le comité d’organisation des épreuves de Wengen à propos de droits télés: une histoire de gros sous.

«A ce que j’ai bien compris, le Tribunal arbitral pourrait demander à Swiss Ski de payer un million de plus ou au contraire rien payer du tout», explique l’avocat Jean-Philippe Rochat, ancien vice-président de la fédération suisse, qui n’est pas vraiment surpris de ce différend qui date de 2016. Mais de là à ce qu’il soit rayer de la carte...

Jean-Philippe Rochat, la Coupe du monde de ski peut-elle se passer du Lauberhorn?

«Le Lauberhorn est une course fantastique mais les coûts sont extrêmement élevés de par la situation et du fait qu’il faut pratiquement tout monter en hélicoptère. Alors oui, il y a une histoire, oui il y a une super piste, oui il y a une ambiance très particulière, mais à un moment donné, tu te dis que, si véritablement le comité d’organisation n’arrive pas à joindre les deux bouts, s’il n’arrive pas à obtenir des soutiens plus grands du canton de Berne, si le sponsoring s’essouffle, est-ce encore raisonnable? D’un autre côté, on a Saint-Moritz, Lenzerheide et Crans-Montana qui n’attendent que ça, qui ont les moyens d’organiser des courses peut-être moins belles mais moins chères. Il y a également Zermatt qui se profile habilement en disant qu’à partir de 2024 leur piste sera prête. Alors oui, on peut s’interroger sur l’avenir du Lauberhorn.»

Vous pensez vraiment qu’une page de l’Histoire se tourne ainsi...

«On aimerait tous, nous les vieux conservateurs, que le Lauberhorn survive, mais oui, on peut s’interroger. Parce que dire que Swiss Ski n’a qu’à payer, ce n’est pas si simple que ça. Ce n’est tout de même pas un miracle qu’au bout d’un effort qui a duré quelques années Swiss Ski reprenne la tête de la Coupe des nations en alpin. C’est parce qu’on a pu investir des salaires. Alors piquer un million supplémentaire au sport compétition des équipes pour le mettre dans l’organisation d’une course qui fait très plaisir aux télévisions et aux spectateurs? La question de se dire que c’est impossible que le Lauberhorn ne soit plus au programme mérite d’être posée. La réponse que nous avons, vous et moi, en tant que fidèles de Wengen, amoureux de cette course qu’on regardait déjà quand on était gamins année après année dans une ambiance particulière, c’est oui. Mais quand tu dois compter ton argent, la réponse peut être différente.»

Surtout dans cette période du Covid, où la donne a forcément changé, non?

«Exact. Maintenant j’espère comme vous que la course va pouvoir être sauvée. Mais je ne comprends pas que les deux parties n’ont pas réussi à s’asseoir et se dire: «On coupe la poire en deux mais pas forcément au milieu pour trouver une solution raisonnable». Il y aurait pu y avoir une contre-partie comme réserver un stade de slalom permanent avec éclairage et canon à neige pour l’équipe de suisse de ski qui aurait pu s’entraîner tout le temps, c’est un exemple. Je pense que c’est quelque chose comme ça qu’ils pourraient trouver à la fin.»

On a parlé de Covid, on peut aussi évoquer les problèmes écologiques du Lauberhorn...

«Il est vrai qu’on ne peut pas balayer la question sous prétexte que notre génération ne pourra pas se passer du 'Laub'. Parce que est-ce bien raisonnable quand on parle de durabilité. Monter X millions de tonnes de matériel avec des hélicoptères alors qu’à Saint-Moritz, Lenzerheide voire Crans-Montana, tout est déplacé en télécabine? Sans oublier Zematt qui ne demandera pas un franc à Swiss Ski avec le Cervin en arrière-plan, on ne peut pas ne pas poser la question. Il y a des alternatives. Le GP de Berne en Formule 1 était également une course fantastique mais cela fait un moment qu’il n’est plus organisé.»

On a le sentiment que les deux parties vont finir par s’arranger. Ce n’est pas votre avis?

«Je pense que cela va déclencher des réactions, surtout depuis que Urs Lehmann, président de Swiss Ski est candidat à la présidence de la FIS. Cela donne un relief intéressant à cette histoire. Maintenant, on adore tous cette course unique et je pense qu’on a raison d’essayer de les pousser à trouver des solutions. Mais je le répète, on ne peut pas ne pas se poser de question. Si on sait que demain pour zéro franc zéro centime il y a au minimum quatre organisateurs capables d’organiser une course de Coupe du monde en Suisse, que feriez vous à la place de Swiss Ski? A Zermatt vous pouvez aussi laisser votre voiture à Täsch, monter dans la station et voir le Cervin au bas de la piste. Alors oui, on peut se poser la question...»

Propos recueillis par Christian Maillard

Créé: 20.05.2020, 20h26

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.