Lundi 18 février 2019 | Dernière mise à jour 09:09

Freeride Ce trio suisse est prêt à enchanter les cimes

La Vaudoise Elisabeth Gerritzen et les Valaisans Maude Besse et Yann Rausis entament ce samedi le Freeride World Tour à Hakuba (Jap). On vous fait les présentations.

Elisabeth Gerritzen, Maude Besse et Yann Rausis partent en quête de podiums. Et ils en ont les moyens.

Elisabeth Gerritzen, Maude Besse et Yann Rausis partent en quête de podiums. Et ils en ont les moyens. Image: Keystone

Les trois riders romands sous la loupe

Yann Rausis
25 ans
Ski freeride
Origine: Orsières (VS)
Station: Verbier
3e saison sur le World Tour

Principaux résultats:
2e de la Nendaz Freeride 4* 2016 (SUI)
1er de la First-Track Freeride 3* 2016 (SUI)

FWT :
4e du Freeride World Tour 2017 (3e Chamonix, 4e Fieberbrunn, 4e Verbier, 5e Haines)
5e du Freeride World Tour 2018 (2e Hakuba, 5e Verbier, 6e Andorre, 12e Kicking Horse)

---

Elisabeth Gerritzen
22 ans
Ski freeride
Origine: Lausanne (VD)
Station: Verbier
3e saison sur le World Tour

Principaux résultats:
2e du général du FWQ 2016

FWT:
8e du Freeride World Tour 2017 (5e Chamonix, 6e Fieberbrunn, 8e Andorre)
5e du Freeride World Tour 2018 (3e Andorre, 4e Hakuba, 6e Kicking Horse, 6e Verbier)

---

Maude Besse
23 ans
Ski freeride
Origine: Bruson (VS)
Station: Verbier
1re saison sur le World Tour

Principaux résultats:
Championne du monde junior 2013 (Utah, USA)
Vice championne du monde junior 2014 (Montana, USA)
2ème de la Nendaz Freeride 4* 2016 (SUI)
1re de la Nendaz Freeride 4* 2017 (SUI)
3e de la zone Europe-Océanie FWQ 2017
5e de la zone Europe-Océanie FWQ 2018

Google Map

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils sont trois et motivés comme jamais à briller sur les faces les plus ardues de la planète. Du Japon à l'Europe en passant par le Canada, les riders romands du Freeride World Tour opus 2019 auront de quoi illuminer la poudreuse grâce à leur technique hors pair.

Et on commence tout de suite avec Yann Rausis...


Yann Rausis

Le skieur d'Orsières dispute son troisième hiver sur le World Tour. Grand par la taille et le talent, c'est aussi une «tête», puisqu'il vient de terminer un Master en physique appliquée à l'EPFL. Capable de rester des heures à analyser une face la veille des compétitions, il est aussi beau à voir skier que calme dans la vie de tous les jours. Et pourtant, à l'intérieur, ça bout.

Son credo? «Il y a peu de contextes dans la vie, ou dans ma vie disons, qui permettent vraiment de se lâcher à fond, de montrer tout ce que t'as. Et pour moi la compétition est l'endroit idéal pour aller chercher en moi l'énergie et le feu en moi.»

Ah, et aussi... sur sa table de nuit, on trouve du Nietzsche. Et rien que pour ça, on se prosterne.

Le run de Yann Rausis à l'Xtreme 2018 (avec le désormais "Rausis Cliff" après 50 secondes)


Elisabeth Gerritzen

La Lausannoise de 23 ans termine actuellement un Bachelor en relations internationales. Comme Rausis, elle dispute son troisième hiver. D'un naturel réfléchi, elle évitera généralement l'erreur au profit d'une jolie ligne basée sur la fluidité. Elle ne manque pourtant pas d'ambition.

Son objectif chiffré? «La réponse disons... rationnelle (rires), ce serait de me qualifier pour la prochaine saison, en 2020, donc d'être dans le Top 6 au général, comme je l'ai fait l'an dernier. Mais j'aimerais faire mieux.

En 2018, j'ai terminé 5e, puis 4e, puis un podium avant de tomber deux fois. Donc j'aimerais bien faire un ou deux podiums, voire mieux. Tout en sachant que les filles présentes ont beaucoup changé et que le niveau va doubler cette année.»


Maude Besse

La dernière Romande arrivée sur le World Tour jongle entre le football, qu'elle pratique depuis des années, son métier de géomètre (à Sion) et le ski freeride. Passée par l'alpin jusqu'à ses 16 ans, elle a ensuite bifurqué vers le freeride. Dotée de solides capacités techniques, elle devrait rapidement tirer son épingle du jeu.

Comment se décrirait-elle? «Un peu, voire beaucoup hyperactive (rires). J'ai besoin de bouger pour être bien en fin de journée et pouvoir dormir le soir. Il faut que je fasse des choses sinon je deviens vite insupportable.»

Voilà qui promet.

(nxp)

Créé: 18.01.2019, 15h54

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Paid Post

Somnambule? Profitez de la montagne la nuit!
/vente/publireportage/Somnambule-Profitez-de-la-montagne-la-nuit-/story/27208723 Les stations de Villars-Les Diablerets proposent toute une palette d’activités hivernales en soirée. Tour d’horizon des possibilités.

Paid Post

Somnambule? Profitez de la montagne la nuit!
/vente/publireportage/Somnambule-Profitez-de-la-montagne-la-nuit-/story/27208723 Les stations de Villars-Les Diablerets proposent toute une palette d’activités hivernales en soirée. Tour d’horizon des possibilités.

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.