Dimanche 13 octobre 2019 | Dernière mise à jour 22:31

Formule 1 «Charles n'avait pas toutes les données en mains, mais il comprendra»

Les deux patrons d’écurie, Mattia Binotto chez Ferrari et Toto Wolff chez Mercedes, justifient chacun leurs décisions au cours de ce drôle de Grand Prix de Singapour.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?


Ferrari défend sa décision

Charles Leclerc était parti pour gagner le Grand Prix de Singapour, jusqu’à ce que Ferrari permette à Sebastian Vettel de passer devant en l’arrêtant le premier - la stratégie de l’undercut (tactique consistant à changer de pneus avant un adversaire pour bénéficier de l’avantage de performance éphémère des pneus neufs).

Pendant la course, Charles Leclerc a clairement fait savoir son mécontentement dans sa radio de bord. «Je vous le dis franchement: je ne suis pas d’accord avec l’undercut de Sebastian. Il va falloir m’expliquer. C’est injuste.»

Sur le podium, le jeune Monégasque affichait la tête des mauvais jours, frustré d’avoir perdu une course qu’il était parti pour gagner. Chez Ferrari, l’explication allait s’avérer tendue.

Quelques heures après la course, pourtant, Mattia Binotto, le patron de la Scuderia, a justifié la décision d’arrêter Sebastian Vettel en premier. «Sebastien roulait troisième, entre Lewis Hamilton, devant, et Max Verstappen, derrière. Verstappen n’allait pas tarder à s’arrêter, nous devions arrêter Seb avant lui. Quand on l’a fait, c’était le meilleur moment, et c’était aussi la meilleure opportunité pour Seb de doubler Hamilton. Nous n’avions aucun doute sur la nécessité d’arrêter Seb en premier.»

Ce que l’écurie Ferrari n’avait pas prévu, par contre, c’était l’énorme bénéfice de l’undercut. A Singapour, il se montait à 3.9 secondes, soit trois fois plus que le bénéfice habituel, en raison de la nature de l’asphalte. «Nous ne nous attendions pas à de telles performances des pneus neufs, et évidemment, Seb en a tiré profit. C’est la course. Mais dès qu’on a vu la performance gagnée pat l’undercut, on a tout de suite arrêté Charles», explique Mattia Binotto.

Une fois leurs deux pilotes repartis en course, Vettel devant Leclerc, l’écurie a hésité à demander à l’Allemand de laisser le Monégasque repasser en tête. «On y a pensé, poursuit Mattia Binotto. Mais on a jugé que ce n’était pas la bonne décision. Je comprends que Charles soit frustré, c’est même ce qu’on attend d’un pilote motivé. Mais il n’avait pas tous les éléments en main. Quand il reverra la course, il comprendra notre décision. »


Toto Wolff avoue la plantée de Mercedes

A Singapour, Lewis Hamilton est resté trop longtemps en piste avec des pneus usés, et a fini par perdre la deuxième place qui était sienne en début de course, derrière Charles Leclerc. A l’arrivée, le Britannique se retrouve même quatrième, alors que son équipier Valtteri Bottas a dû volontairement ralentir pour éviter un désastre plus important encore.

Selon Toto Wolff, le patron, l’équipe Mercedes «s’est plantée tout le week-end» (en français dans le texte). Après course, Lewis Hamilton s’est plaint de ne pas avoir tenté l’undercut, comme l’a fait Sebastian Vettel et comme il l’avait proposé au cours du briefing de stratégie, le matin même. «Nous en avions discuté, mais il y avait un risque que Lewis soit pris dans le trafic, admet Toto Wolff. Et je dois dire que Ferrari a fait tout juste avec Sebastian Vettel. Je pense que tout le monde a été surpris par la puissance de l’undercut ici. A ce moment-là, on avait déjà perdu face à Sebastian. Alors on a essayé de décaler la stratégie, et de rester le plus longtemps possible en piste. Lewis disait que ses pneus étaient encore bons, et nous pensions que les Ferrari allaient buter sur du trafic. Mais tout s’est passé différemment. Les pneus de Lewis se sont dégradés, et nous n’étions nulle part. On s’est plantés complètement, du début à la fin!»

C’est grâce à Valtteri Bottas, à qui on a demandé de «ralentir» volontairement de trois secondes au tour, que Lewis Hamilton ne s’est pas retrouvé derrière son équipier, et derrière Alexander Albon, qui suivait ce dernier de près. A l’arrivée, les deux Mercedes limitent la casse avec une quatrième et une cinquième place.

Créé: 23.09.2019, 10h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.