Dimanche 17 novembre 2019 | Dernière mise à jour 00:46

Formule 1 Commentaire: on croyait Niki Lauda éternel…

Le commentaire de notre spécialiste de Formule 1 à propos de la mort du triple champion du monde autrichien.

Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’Autrichien se promenait sur tous les circuits du monde depuis 48 ans. Pilote, patron d’écurie, consultant pour la télévision ou ambassadeur de publicité, Andreas Nikolaus Lauda aura exercé de nombreuses fonctions et endossé autant d’uniformes d’équipes différentes.

Il était toujours là. Très occupé, mais à la fois très disponible. Il faisait comme s’il ne travaillait pas vraiment, il avait toujours le temps d’une conversation autour d’un café.

Et quelle conversation! Quelle que soit l’époque, quel que soit le sujet, Niki Lauda avait toujours un avis. Et un avis réfléchi, sensé, qui ne souffrait guère de contestation. Son regard bleu d’acier brillait de manière aussi limpide que ses explications.

Il ponctuait souvent ses phrases par un «Vous comprenez?» qui ne souffrait aucune réponse négative. L’Autrichien impressionnait. Par son palmarès exceptionnel, évidemment, ses trois titres de champion du monde lui conférant une autorité indiscutable.

Mais il impressionnait par son physique, aussi, avec ses célèbres brûlures au visage et son oreille manquante, qui le rendaient un peu effrayant. Il en jouait avec amusement. Son physique lui convenait, à défaut de lui plaire. Et il n’aurait rien gagné, selon lui, à subir des opérations de chirurgie esthétique. Perte de temps et d’énergie!

Avec Niki Lauda, la leçon de logique était toujours magistrale. Son sens de l’analyse faisait mouche. Une intelligence qu’il avait utilisée tout au long de sa carrière pour mieux régler sa voiture que ses adversaires, au cours de ses treize saisons de pilotage. Puis pour diriger sa compagnie aérienne, Lauda Air, qui a compté jusqu’à 2000 employés et 24 avions. Puis pour diriger l’écurie Jaguar, puis enfin l’écurie Mercedes, à partir du moment où il a investi dans cette dernière, en 2012.

C’était d’ailleurs lui qui avait réussi à convaincre Lewis Hamilton de rejoindre l’équipe allemande, et qui est donc à l’origine des quatre titres remportés par le Britannique avec la marque à l’étoile. Tout au long de son existence, Niki Lauda a foncé tête baissée dans un nombre incroyable de nouveaux projets, prenant souvent des risques considérables. Il a connu quelques échecs, aussi, notamment avec sa compagnie aérienne. Il a défié la mort à plusieurs reprises - surtout en 1976, lorsque son accident du Nürburgring l’a envoyé à l’hôpital dans un état désespéré, les médecins renonçant à le soigner et le curé lui administrant l’extrême-onction. Avant qu’il ne sorte du coma, le lendemain, à la surprise générale! Niki Lauda survivait à tout.

Jusqu’à l’été dernier, lorsqu’une grippe à complication a forcé ses médecins à pratiquer une greffe d’un poumon, suivie de problèmes rénaux. Après des mois de lutte, Niki Lauda a donc perdu ce dernier combat, à l’âge de 70 ans. Il laisse une épouse d’une trentaine d’années plus jeune que lui, et deux jumeaux de 9 ans en plus de ses trois enfants adultes. Sa silhouette atypique et son sens de l’humour glacial vont cruellement manquer dans les paddocks. Comme tous les monstres sacrés qui ont survécu à tous les dangers, on croyait Niki Lauda éternel. Son souvenir le restera.

Créé: 21.05.2019, 20h14

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.