Mercredi 22 mai 2019 | Dernière mise à jour 08:48

Automobilisme Un décès et des retrouvailles

A Melbourne, le monde de la F1 se retrouve dans un paddock sans chichi et ouvert sur des parterres de gazon. Mais la fête des retrouvailles est gâchée par le décès du directeur de course.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?


Adieu Charlie

A 66 ans, Charlie Whiting s’apprêtait, une nouvelle saison, à tenir le rôle de directeur de course et de responsable de la sécurité, comme ce fut le cas depuis 1996. Jeudi matin, pourtant, la Fédération Internationale de l’Automobile (la FIA) annonçait son décès brutal dans sa chambre d’hôtel, décès dû à une embolie pulmonaire. Mercredi encore, il avait fait un tour d’inspection du circuit à pied, en partie en compagnie de Sebastian Vettel.

Charlie Whiting était non seulement chargé de rédiger les règlements sportifs et techniques, mais aussi d’en surveiller la bonne application par les écuries. Il était aussi directeur de course, donnant le départ et décidant des interventions de la voiture de sécurité ou des interruptions de course éventuelles dues à des carambolages ou à la pluie.

Une telle expérience semble difficile à remplacer, et tous les pilotes, dont il était proche, affichaient leur tristesse et leur consternation dans le paddock. Ce week-end, c’est l’Australien Michael Masi qui le remplace provisoirement.


Lewis Hamilton en petite forme

Il affiche une tête d’enterrement en traversant le paddock, Lewis Hamilton. Contraint à assister à la conférence de presse de début de saison, jeudi après-midi, il a par contre refusé de rester pour les interviews des chaînes de télévision, prétendant ne pas se sentir bien.

Au cours de la conférence de presse, il a montré un certain pessimisme quant à ses chances de gagner ce week-end. « Nous savons que nous avons encore beaucoup de travail pour être à la hauteur des plus rapides (ndlr: Ferrari). Mais au moins, nous savons dans quelle direction avancer. Jour après jour, nous accumulons des informations sur la voiture, nous avons plus d’expérience, et nous allons pouvoir enfin la mesurer aux autres. Cela dit, elle sera identique ici à la voiture que nous avions aux essais de Barcelone, tandis que Ferrari a apporté des améliorations à la leur. Ce sera intéressant de voir comment tout cela fonctionne. »


Un casque «funky» pour Daniel Ricciardo

Non seulement Daniel Ricciardo a-t-il changé d’écurie au cours de l’hiver, passant de Red Bull à Renault, mais il a aussi décidé de changer de vie. A la mode australienne, sa devise devient « no worry » (pas de soucis), et « Stop being them » (fini d’être comme les autres). « Je voulais quelque chose de différent pour mon casque, explique l’Australien. Je ne voulais plus tous ces reflets et ces lignes qui ne veulent rien dire. Mon casque doit être « funky » ».

Constitué de plaques de couleurs rose pale et bleu pale (couleur « bébé »), le casque de Daniel Ricciardo a été dessiné par un Australien vivant à Los Angeles, Ornamental Conifer (un pseudonyme!). De l’avis général, ce nouveau design est très… surprenant.

Heureusement, l’Australien garde son sens de l’humour: au dos de son casque, on retrouve le surnom qu’il s’est lui-même attribué: « Honeybadger », qui signifie… blaireau!


Les Suisses en voie de disparition

Dans le paddock, Roger Benoit, à plus de 70 ans, fait figure de vétéran de la Formule 1. Avec mes 543 Grands Prix, je passe pour un débutant à côté de lui, le Zurichois en comptant plus de 700. Il était pourtant désolé, jeudi, de constater que les Suisses disparaissent des paddocks. Depuis le départ de Sébastien Buemi, fin 2011 (même si le Vaudois reste troisième pilote de Red Bull), il n’y a plus de pilotes au départ.

Et avec le changement d’appellation de l’écurie, Sauber est devenue «Alfa Romeo Racing». De Suisse, en F1, il ne reste donc guère plus que Rolex, le chronométreur officiel du championnat.

(nxp)

Créé: 14.03.2019, 22h15

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters


Sondage

Président de NE Xamax, Christian Binggeli a-t-il eu raison de ne pas demander l'Europe?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.