Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 13:30

Automobilisme En formule 1, la filiation est mécanique

A la manière de Mick Schumacher, qui vient de faire ses débuts en tant que pilote essayeur chez Ferrari, les «fils de» sont légion en formule 1.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce n’est sûrement pas une coïncidence génétique. Loin de là. Chez les pilotes de formule 1, la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre. Le dernier exemple en date est celui de Mick Schumacher, 20 ans et fils de Michael. Le jeune «Schumi» fait ses débuts ce week-end dans le championnat du monde de formule 2, alors qu'il vient également de réaliser ses premiers tours de roue en tant que pilote essayeur au sein de la Scuderia Ferrari.

«C’est une histoire de passion avant d’être une histoire de famille, explique Patrick Tambay, pilote de formule 1 de 1977 à 1986, dans les colonnes du Monde. Dans n’importe quelle profession, les enfants sont dans la lignée ou la filière des parents. Que ce soit dans les cabinets d’avocat, d’architecte, de dentiste, très fréquemment, les enfants suivent les traces de leurs parents.»

Si les exemples choisis dans la galerie photos ci-dessus ont conjugué la filiation au succès – ou sont en bonne voie pour ce faire –, les cas inverses sont tout aussi nombreux. Mathias Lauda, Nelson Piquet Jr, Nicolas Prost, parmi tant d’autres, sonnent comme autant de noms qui n’ont jamais réussi à s’extirper de l’ombre accablante de leur paternel. Lorsqu’une voie est tracée, il est toujours plus aisé de la suivre, c’est sans doute la meilleure explication à la surreprésentation de patronymes connus dans les paddocks de la catégorie reine.

Reste que, régulièrement, plus que d’être simplement incité par l’environnement familial, ils sont carrément poussés dans leurs choix de carrière. C’est le cas de Nico Rosberg, champion du monde 2016, que son père, Keke, a pris sous son aile dès ses premières années. Le Finlandais, sacré en 1982, a monté une énorme structure pour permettre à son fils de suivre sa vocation (imposée). Pas étonnant que, une fois le Graal conquis et le rêve du paternel réalisé, le «fils de» décide de mettre un terme à sa carrière dans la foulée.

Créé: 30.03.2019, 14h06

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.