Dimanche 16 juin 2019 | Dernière mise à jour 22:33

Formule 1 Le nom de Sauber disparaît de la grille de F1

Cette saison, l’écurie suisse portera le nom du constructeur italien. L’appellation Sauber disparait après 26 ans de Formule 1.

Le nom de Sauber n'apparaîtrea plus en Formule 1.

Le nom de Sauber n'apparaîtrea plus en Formule 1. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est le retour de la société «Anonima Lombarda Fabbrica Automobili» (ALFA) fondée par Nicola Romeo en 1910.

Alfa Romeo a déjà couru en Formule 1 de 1950 à 1951, avec quatre voitures par Grand Prix (et onze victoires), puis entre 1979 et 1985, cette fois sans la moindre victoire. Il y a deux ans, par un trait de génie, Frédéric Vasseur, qui venait d’être nommé à la tête de l’écurie Sauber, a appelé Sergio Marchionne, le patron du groupe Fiat, pour lui proposer un accord: associer le nom «Alfa Romeo», marque à qui l’Italien souhaitait offrir un nouveau souffle, à l’écurie Sauber - moyennant une réduction sur le prix des moteurs Ferrari qui propulsent les monoplaces.

Un accord qui vient tout juste d’être étendu, suivant la volonté de Sergio Marchionne, décédé l’été dernier. Hier, Mike Manley, le PDG de Fiat Chrysler Automobiles, groupe propriétaire d’Alfa Romeo, a annoncé que Sauber, désormais, devient «Alfa Romeo Racing». «Alfa Romeo est un nom doté d’une longue histoire en Formule 1, explique-t-il. Nous voulons ramener le panache italien au pinacle du sport automobile.»

Pour Frédéric Vasseur, l’association avec le constructeur italien permet de garantir l’avenir financier de l’écurie zurichoise. «Notre écurie a fait des progrès fantastiques en 2018, nous sommes tous motivés à faire mieux encore sous l’appellation Alfa Romeo Racing, avec nos pilotes Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi.» Les moteurs continueront d’être fournis par Ferrari, qui fait partie du même groupe.

Alfa vise la quatrième place

Peter Sauber, qui se déplace parfois sur les Grands Prix, voit donc son nom disparaître des la liste des constructeurs de Formule 1, lui qui avait lancé sa propre équipe (initialement avec des fonds Mercedes) en 1993.

Entre 2006 et 2009, lorsque son écurie avait été vendue à BMW, son nom était resté accolé au constructeur bavarois avant qu’il ne la rachète après le retrait de BMW. C’en est désormais terminé du nom Sauber, même si l’écurie reste basée à Hinwil, dans la banlieue de Zurich, où elle dispose d’installations modernes et d’une des meilleures souffleries d’Europe.

L’écurie affirme viser la quatrième place du classement des constructeurs 2019, un objectif extrêmement ambitieux puisque partagé par plusieurs autres écuries, dont Renault, Haas, McLaren ou Toro Rosso. (nxp)

Créé: 01.02.2019, 17h27

Les chroniqueurs du Matin Dimanche


Sondage

Président de NE Xamax, Christian Binggeli a-t-il eu raison de ne pas demander l'Europe?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.