Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 09:18

Automobilisme Les pilotes envisagent la grève!

Jusqu’ici peu impliqués dans les négociations pour définir les futurs règlements de la F1, les pilotes veulent maintenant dire leur mot.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans les discussions pour définir les règlement techniques et sportifs pour les saisons 2021 et suivantes, les pilotes n’ont, jusqu’ici, par eu leur mot à dire. La semaine dernière, pour la première fois, Lewis Hamilton (photo) s’est rendu à Paris pour donner son point de vue sur les actions à prendre pour rendre les courses plus intéressantes.

S’il a été écouté avec bienveillance, son avis n’a été que consultatif. «Honnêtement, je n’ai pas de solution toute faite pour que les courses soient plus vivantes, remarque le Britannique. Par exemple, je ne sais pas ce qu’on pourrait faire pour rendre les courses disputées la saison prochaine. Pour 2021, je leur ai dit de ne pas aller dans le sens des voitures plus lourdes, qu’ils semblent vouloir. Quant aux circuits, je sais déjà que certains nouveaux tracés, donneront des courses ratées (il parle de Zandvoort, ndla). Le boulot de Liberty Media, c’est de rendre la Formule 1 «great again», et ils ne devraient pas trop écouter les écuries pour savoir quoi faire, parce que chaque écurie conseille ce qui serait avantageux pour elle. Ils devraient plutôt prendre leurs décisions seuls. Cela dit, je ne suis pas sûr de faire encore partie des prochaines réunions. Ça m’a perdu toute une journée à Paris…»

Beaucoup d’autres pilotes se plaignent de ne pas être entendus au sujet de ces futurs règlements, et certains ont même envisagé de se lancer dans une grève pour protester. «Je leur ai répondu que ce serait très mal vu», a expliqué Romain Grosjean. «Je leur ai dit que le public ne comprendrait pas une grève de gens qui sont pour la plupart millionnaires.» L’idée a donc provisoirement été abandonnée.

Les pilotes ont déjà fait grève une fois, avant le Grand Prix d’Afrique du Sud 1982, pour protester contre les conditions d’attribution de la super-licence qui venait d’être instaurée pour piloter en Formule 1.


La F1 se dit en crise

Avec huit victoires de l’écurie Mercedes en autant de courses, ce début de saison 2019 compte parmi les moins passionnants de ces dernières années. Dans le paddock du circuit de Spielberg, certains laissent entendre que la Formule 1 est en crise, surtout après un Grand Prix de France particulièrement peu disputé. «Je ne sais pas si on peut vraiment parler de crise, commente Sergio Perez (photo). Il y a un problème avec les deux écuries de pointe, puisque ce sont les mêmes qui gagnent tout le temps. Mais pour le reste, la bataille pour le rôle de meilleur des autres est très intense. Même au Castellet, la bagarre a l’arrière a duré jusqu’au dernier tour…»


Pierre Gasly patine dans ses explications

Depuis le début de la saison, le Français Pierre Gasly (photo) n’arrive pas à suivre le rythme imposé par Max Verstappen. Sans vraiment savoir pourquoi ni pouvoir avancer d’explication possible.

Systématiquement plus rapide que son équipier, le Hollandais lui a même infligé une véritable punition au Castellet, se qualifiant huit dixièmes devant lui et terminant la course à la quatrième place, alors que Pierre Gasly marquait un point tout juste, suite au déclassement de Daniel Ricciardo.

Pourtant, le Français continue de nier toute difficulté particulière. « Mon équipe et moi, on travaille pour améliorer nos performances. On a identifié quelques petits problèmes sur la voiture, mais je ne dirai pas lesquels. Il est vrai que pour l’instant, je ne suis pas heureux. Personne ne l’est dans mon équipe.»

Helmut Marko, le patron de la compétition chez Red Bull, affirme conserver son soutien à Pierre Gasly. Pour l’instant en tout cas, et parce qu’il n’a personne en vue pour le remplacer.

Le Français, en tout cas, mesure à quel point il est difficile d’être l’équipier de Max Verstappen chez Red Bull. Daniel Ricciardo a d’ailleurs tellement détesté ça qu’il a préféré partir chez Renault.


Mercedes travaille déjà sur 2020

Mauvaise nouvelle pour les adversaires de Mercedes: comme l’équipe allemand compte déjà une bonne avance au classement des constructeurs (140 points sur Ferrari), elle a décidé d’allouer dès maintenant plus d’ingénieurs sur le châssis W11 qui roulera la saison prochaine - et sur lequel le travail a débuté en mars. « Nous n’allons pas compromettre tout de suite le travail sur la voiture actuelle, parce qu’il reste encore 13 Grands Prix et donc plus de 500 points à attribuer, mais il est vrai que notre avance est déjà confortable et nous permet de mettre plus de monde que prévu sur la saison prochaine », explique Toto Wolff, le patron de l’équipe allemande. Et c’est comme ça que Mercedes pourra peut-être encore se poser comme la meilleure écurie en 2020…

Créé: 28.06.2019, 07h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.