Jeudi 18 juillet 2019 | Dernière mise à jour 10:09

AUTOMOBILISME «Je suis triste que cette saison se termine»

Sebastian Vettel a apprécié l'esprit qui régnait au sein de son écurie. Il est content de faire un break mais a hâte d'entamer la prochaine saison.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Que vous inspire ce nouveau record de neuf victoires consécutives?

«Je ne veux pas comparer, car ce ne serait pas juste. C’était une époque différente quand Ascari pilotait (ndlr: dans les années 50). Les voitures étaient moins fiables et les écuries moins consistantes, donc c’est forcément un autre type de record aujourd’hui. Pour nous tous dans l’équipe, ce qui nous plait c’est d’aller travailler et de donner le maximum. Il y a un super esprit et je suis triste que cette saison se termine. Avoir remporté toutes les courses depuis le break estival, c’est incroyable. La voiture était phénoménale, elle s’améliorait de course en course. Je remercie toute l’équipe et aussi Renault. Je suis sûr que tout le monde a hâte de faire un break et de recharger les batteries, pour avoir hâte d’entamer la prochaine saison.»

Pourquoi votre deuxième arrêt au stand a-t-il été confus?

«Je n’ai pas décidé moi-même, tout seul, de m’arrêter à ce moment-là. Evidemment, à cause de la météo, c’était un peu critique, on essayait de faire le relais le plus long possible parce qu’on ne savait pas quand il allait se mettre à pleuvoir. Si on s’est arrêté un tour trop tôt (ndlr: avant la pluie), on peut perdre beaucoup de temps en étant obligé de repasser par le stand pour mettre des pneus intermédiaires. Donc en fait, l’équipe m’a dit, à la sortie du virage 12: «Rentre au stand si tu peux». Moi j’ai eu le temps de me préparer mais l’équipe était un peu juste car elle attendait les deux voitures en même temps et devait sortir tous les pneus, les miens et ceux de Mark, donc il y a eu un peu de précipitation. Je pense que l’équipe craignait aussi une sortie de la voiture de sécurité. Moi je ne savais pas ce qui se passait sur la piste et l’équipe était mieux placée que moi pour surveiller tout ça. C’est pour ça qu’ils ont décidé de me faire rentrer, mais c’était un peu désordonné.»

Comment s’est déroulée cette course, vue de l’intérieur?

«C’était une course intéressante. Je n’ai pas pris un très bon départ, mais j’ai réussi ensuite à dépasser Rosberg. C’était difficile de savoir ce qui allait se passer. En fin de course, il commençait à pleuvoir et on voyait arriver le brouillard, donc ce n’était pas évident. Aujourd’hui c’était aussi la dernière course de Mark (Webber). Nous n’avons pas les meilleures relations du monde mais nous nous sommes toujours respectés, professionnellement, et quoi qu’il se passe en dehors, ça ne changeait rien sur la piste et on se stimulait beaucoup. Ensemble nous avons obtenu de super résultats. J’ai sûrement beaucoup appris de Mark, car il est très doué. C’est pour cela que je le considère comme l’un des meilleurs pilotes sur la grille.» (AFP/Le Matin)

Créé: 24.11.2013, 22h12

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.