Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 15:57

Automobilisme «Toute ma vie a été un jeu»

A quelques jours du GP de Malaisie, Niki Lauda s'est livré sur sa vie dans un entretien exclusif alors qu'il était de passage en Suisse à Bad Ragaz.

Triple champion du monde de formule 1, Niki Lauda continue aujourd'hui sa succes story au sein de l'écurie Mercedes.

Triple champion du monde de formule 1, Niki Lauda continue aujourd'hui sa succes story au sein de l'écurie Mercedes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nous nous trouvons dans le casino de l'hôtel Grand Resort à Bad Ragaz. Êtes-vous joueur et amateur de roulette ou black jack?

Non. Mais ma vie entière a été comme un jeu. J'ai toujours pris des risques, et je n'ai donc pas eu besoin de jeux de hasard.

Le 1er août 1976, vous avez eu ce fameux accident au Nürburgring dans lequel vous avez failli mourir brûlé. Aviez-vous pris trop de risques parce que vous deviez remonter sur les premiers?

Non. La cause de l'accident était un triangle de suspension défectueux sur ma Ferrari. Je n'ai survécu que grâce à Arturo Merzario, qui a pu me tirer hors de ma voiture en flammes.

Trois ans plus tôt à Zandvoort, Roger Williamson avait trouvé la mort dans sa voiture en feu. Vous et d'autres pilotes aviez continué. Vous aviez ensuite justifié votre attitude en disant: «Je suis pilote, pas pompier.»

Stop, stop! L'histoire ne s'est pas déroulée comme ça. Quand j'ai vu l'accident, un pilote casqué courait vers la voiture en portant un extincteur. J'ai pensé, et les autres aussi, qu'il s'agissait du pilote de la voiture en question. Mais c'était David Purley, qui suivait Williamson et qui s'est arrêté aussitôt pour tenter de l'aider. Après la course, un journaliste m'a énervé en me posant des questions stupides, jusqu'à ce que je lui dise: attention, je suis pilote et pas pompier. Il a tiré cette phrase de son contexte pour en faire un gros titre.

Comment avez-vous réussi à courir un Grand Prix 42 jours seulement après votre terrible accident en 1976?

Cela a été assez simple. Je me suis donné pour mission tout d'abord de redevenir fit afin de savoir au plus vite s'il était possible de surmonter la peur après un gros accident et de piloter à nouveau une voiture de course.

Vous avez été champion du monde en 1975 et 1977 avec Ferrari, puis en 1984 avec McLaren. Lequel a été le plus beau?

Pour chaque pilote, je pense que le premier titre est le plus beau. Ceci parce que toute la carrière est orientée vers ce but.

Vous êtes depuis 2012 directeur non exécutif du team Mercedes. A 68 ans, pensez-vous encore continuer longtemps?

C'est un immense défi pour moi et pour le team principal Toto Wolff. Mais nous n'avons pas mal travaillé jusqu'ici, je pense! Tant que je resterai en santé et en forme, je continuerai. Ne rien faire est la chose la plus ennuyeuse qui soit.

Quelle profession figure sur votre passeport?

Pilote. Après ma carrière de coureur, je me suis consacré à l'aviation. J'ai fondé Lauda Air, que j'ai vendu au bon moment ensuite à Austrian Air. Plus tard, je me suis lancé dans le low cost avec Fly Niki Air, que j'ai revendu sept ans plus tard à Air Berlin.

Volez-vous encore vous-même?

Souvent. Je vole moi-même sur toutes les courses. Cela me simplifie la vie. Dimanche, après le GP à Sepang, je repars directement de Kuala Lumpur après et je serai à 22 h à Vienne.

Qu'est-ce qui est le plus dangereux, la course automobile ou l'aviation?

Piloter des voitures. Voler n'est absolument pas dangereux.

A quelle vitesse roulez-vous sur l'autoroute?

Je conduis normalement. Les autres conducteurs ne sont pas des adversaires comme sur un circuit.

Votre fortune est estimée entre 200 et 300 millions d'euros. Que signifie le luxe pour vous?

Rien, rien, rien! J'ai les deux pieds bien sur terre. Et je ne serais pas malheureux non plus sans avion. (ATS/Le Matin)

Créé: 28.09.2017, 11h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.