Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 13:52

Tennis Affaire Gimelstob: Stan Wawrinka monte aux barricades

Le tennisman suisse a publié une longue lettre ouverte dans l'édition du «Times» de ce vendredi. Morceaux choisis.

Stan Wawrinka en veut à certains dirigeants du tennis: «Nous sommes dans une situation où le silence s'apparente à de la complicité.»

Stan Wawrinka en veut à certains dirigeants du tennis: «Nous sommes dans une situation où le silence s'apparente à de la complicité.» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'affaire Justin Gimelstob et ses conséquences n'ont pas fini de faire des vagues dans les sphères dirigeantes du tennis. Pour mémoire, l'ancien joueur américain, membre du Conseil d'administration de l'ATP, avait été reconnu coupable d'agression sur un homme le 31 octobre dernier. Il a été condamné la semaine dernière à trois ans de mise à l’épreuve et 60 jours de travaux d’intérêt général, en plus des dommages et intérêts à sa victime - dont la femme, enceinte au moment des faits (auxquels elle a assisté), a par la suite fait une fausse couche.

Sous la pression des joueurs, Justin Gimelstob avait fini par démissionner mercredi. Il ne se représentera pas aux élections qui doivent se tenir le 14 mai prochain, en marge du Masters 1000 de Rome.

Le Vaudois Stan Wawrinka a réagi. Il a en effet publié une longue lettre ouverte dans l'édition de ce vendredi du quotidien britannique «The Times». Il dénonce une «tempête politique» qui a laissé «plusieurs joueurs, moi compris, inquiets de la direction que prend actuellement le tennis». «Ce dont j'ai été témoin ces derniers mois, c'est le déclin inquiétant des valeurs morales», précise-t-il.

«Je ne veux pas être associé à quiconque ayant joué un rôle dans cette affaire, encore moins être représenté par eux»

«Il n'y a aucune place dans notre sport pour ceux qui se comportent comme Justin, poursuit le triple vainqueur en Grand Chelem, actuel 33e joueur mondial. L'absence de réponse des personnes impliquées dans notre sport est alarmant. Nous sommes dans une situation où le silence s'apparente à de la complicité. Je ne veux pas être associé à quiconque ayant joué un rôle dans cette affaire, encore moins être représenté par eux. Je veux être représenté par des personnes ayant des valeurs éthiques claires et fortes.»

Stan Wawrinka généralise son propos: «Certaines personnes sentent que la structure gouvernante de l'ATP ne fonctionne pas (...), que c'est impossible de représenter les joueurs et les tournois à la fois. Mais moi, je crois fondamentalement en ce système. La faute n'en incombe pas à la structure, mais à la nature des gens qui la composent.»

Tout en rappelant qu'il n'est «en aucun cas parfait, que ce soit comme homme ou comme athlète» - «Je suis divorcé et j'ai fait beaucoup d'erreurs durant mes 17 ans de carrière professionnelle» -, il en appelle aux responsabilités de tous les joueurs et joueuses de tennis: «Je suis inquiet, parce que plusieurs personnes du milieu pensent que cet épisode est maintenant clos, et elles sont juste soulagées d'avoir évité des commentaires négatifs à titre personnel. Cela n'est pas assez. Nous sommes TOUS responsables et nous devons TOUS apprendre de cette affaire.»

Stan Wawrinka conclut: «J'espère que notre sport pourra mettre cette horrible période derrière (nous), aller de l'avant et embrasser l'avenir.»

Mardi, à la veille de la démission de Justien Gimelstob, Stan Wawrinka s'était déjà montré très clair sur Twitter: «Les joueurs doivent parler. Justin Gimelstob a été reconnu coupable d’agression violente. Il est tout simplement impossible à quiconque de tolérer ce type de comportement et, pire encore, de le soutenir. Dans n'importe quelle autre corporation ou n'importe quel autre sport, on n'en discuterait même pas.»

Créé: 03.05.2019, 16h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.