Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 21:16

Tennis Ashleigh Barty a bien fait d’arrêter le cricket!

La talentueuse Australienne avait plaqué le tennis en 2014 pour jouer… au cricket. La voilà favorite au titre à Roland-Garros.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ashleigh Barty a ce quelque chose en plus que l’on appelle paresseusement le talent. Elle distille des slices courts «estampillé RF», touche toutes les zones au service, frappe son coup droit en pleine glissade avec une coordination bluffante. «Elle a de l’or dans les mains; c’est la Federer féminine, nous avait glissé un coach expérimenté il y a onze mois à Wimbledon. Si elle arrive un jour à mettre toutes les pièces du puzzle en place, Barty peut tout gagner.» Le festival qui pourrait débuter samedi – elle est la mieux classée des demi-finalistes (WTA 8) – mais a bien failli rester à jamais au stade de la promesse.

Championne de Wimbledon junior à 15 ans, triple finaliste de Grand Chelem en double à 17, Ashleigh Barty annonce en effet l’année de ses 18 ans qu’elle «a besoin de faire une pause». La jeune femme disparaît du circuit et revient subitement sous les projecteurs… sous le maillot des Brisbane Heat, franchise de la nouvelle ligue professionnelle australienne de cricket.

«J’ai quitté le tennis sur un coup de tête parce que j’avais besoin d’air, de vivre en quelque sorte une vie normale, a expliqué l’Australienne au site de la WTA après son titre à Miami. Mais cela m’a permis de me trouver en tant que personne. Je me suis relaxée et j’ai rencontré des amis formidables qui m’ont permis de remettre les choses en perspective.» Un bol d’air qui l’a conduite vers les terrains de cricket un peu par hasard. Copine avec des membres de l’équipe nationale, elle a d’abord essayé pour s’amuser… Et son talent a fait le reste.

«Ses aptitudes dès son premier coup de batte étaient incroyables, explique Andy Richards, le coach des Brisbane Heat. Elle n’a pas manqué une balle lors de son premier entraînement. Cela dit, même si elle n’était pas de cricket, elle avait frappé plus de balles dans sa vie que toutes mes joueuses réunies. Et comme coach, j’ai été fasciné par sa faculté à intégrer des choses facilement.» Durant la saison 2015 de Twenty20 League, Ashleigh Barty s’impose comme une des valeurs sûre de son équipe. Elle décide toutefois de revenir au tennis l’année suivante.

«J’avais sans doute besoin d’un pas de côté pour réaliser à quel point j’aime ce sport. Je suis revenue au tennis avec une nouvelle vision des choses et une équipe formidable qui me pousse à exploiter au maximum mon potentiel.» Quart de finaliste en Australie, titrée à Miami, l’Australienne vient de faire son entrée dans le Top 10. À 23 ans, elle semble avoir enfin apprivoisé ce jeu si riche qu’il peut devenir indomptable. Et si Ashleigh Barty, spécialiste du double et du gazon, gagnait son premier titre du Grand Chelem sur la terre de Roland-Garros? Le clin d’œil aurait quelque chose d’improbable. Mais pas autant que son incartade sur les terrains de cricket.

Créé: 06.06.2019, 20h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.