Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 02:30

Tennis C'est l'heure, Nick

C'est le choc que toute l'Australie attend. Chez lui, Nick Kyrgios va tenter d'éliminer le No 1 mondial Rafael Nadal.

Nick Kyrgios s'attaque à un sacré défi lundi.

Nick Kyrgios s'attaque à un sacré défi lundi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Peu de joueurs peuvent se vanter d'avoir un ratio positif en carrière face à Rafael Nadal. Ils ne sont même que deux: Novak Djokovic (29 victoires - 26 défaites) et plus surprenant, Dustin Brown (2-0)! Nick Kyrgios, qui va retrouver le «Taureau de Manacor» lundi matin (dès 9 heures) dans la Rod Laver Arena pour un huitième de finale qui sent la poudre, n'est pas si loin (3-4 mais c'est lui qui mène 2-1 sur surface dur) et peut très fortement croire en ses chances d'enquiquiner le No 1 mondial, vainqueur de leur dernier affrontement cet été à Wimbledon (6-3 3-6 7-6 7-6).

De là à réaliser le plus gros coup de la quinzaine jusqu'ici? Difficile à dire. Connu pour ses multiples facéties et dérapages sur un court – mais aussi en dehors, on se souvient que l'Aussie avait préparé son rendez-vous londonien contre «Rafa» au Dog & Fox, le bar du village, la veille –, le 26e joueur mondial semble en mission depuis le début du tournoi. Est-ce parce que c'est lui qui a lancé l'opération levée de fonds pour les victimes des incendies en Australie avant d'annoncer qu'il donnerait 200 dollars par ace? Ou alors parce qu'une flopée de joueurs du circuit l'ont suivi dans sa démarche?

Peut-être un peu des deux. John McEnroe a même ajouté un surplus de motivation pour le natif de Canberra après sa victoire au 1er tour, promettant de faire un don de 1000 dollars pour chaque set remporté par le fantasque Australien. Ça fait donc déjà 9000 dollars via la légende américaine puisque Nick Kyrgios, s’il ne s'est pas détaché de son côté showman et fait encore des «tweeners» à des moments improbables, a impressionné sur ses trois premiers tours. «C'est sans aucun doute l'une de mes plus belles victoires», a-t-il dit après avoir vaincu Karen Khachanov au super tie-break samedi.

Malgré des jambes qui pesaient chacune «40 kilos» après ce combat épique, Nick Kyrgios, qui ne se faisait pas vraiment de soucis pour sa récupération avant son choc face à «Rafa», sait bien que tous les ingrédients sont réunis pour vivre une soirée unique et mémorable dans une Rod Laver Arena acquise à sa cause et rallier les quarts de finale pour la première fois depuis 2015, son meilleur résultat à Melbourne Park. «Depuis les juniors, j'aime affronter les gauchers. J'ai l'impression de savoir quel plan de jeu adopté pour sortir victorieux contre eux.» C'est l'heure de le montrer, Nick.

Jérémy Santallo

Créé: 26.01.2020, 19h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.