Mercredi 27 mai 2020 | Dernière mise à jour 01:51

Tennis Contrarié et impuissant, Piqué perd ses nerfs

En confirmant la finale de sa nouvelle Coupe Davis à la fin novembre, Gerard Piqué a perdu un second pari. Le premier? La porte que Roger Federer lui a refermée au nez.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Roger Federer est arrivé à un stade de sa carrière où il se concentre spécifiquement sur certains tournois; parce qu’à son âge, ses jambes ne peuvent plus lui donner que ce qu’il leur reste.» Mercredi soir à Madrid, Gerard Piqué avait enfilé son plus beau costume pour présenter les premières certitudes de «sa» nouvelle Coupe Davis. Le monde du tennis espérait des révélations, guettait «le grand coup» capable de donner une dynamique positive à la compétition. Il a dû se contenter de cette pique orgueilleuse à l’encontre du Bâlois, seul «moment de vérité» d’une conférence de presse lénifiante.

Soyons clairs, cette saillie contre les vieilles jambes du «Maître» sonne comme un terrible constat d’échec pour le mari de Shakira. Pour rappel, la réforme de la Coupe Davis, imaginée et financée par le groupe Kosmos, s’est imposée autour d’un atout de poids, l’argent, et d’un argument massue: le retour des meilleurs mondiaux sous les drapeaux. Or après deux mois de lobbying intense (l’ITF a ratifié le projet en août), Gérard Piqué a toujours autant d’argent. Mais il a échoué sur tout le reste.

Dans les faits, la première phase finale à 18 équipes se déroulera donc du 18 au 24 novembre 2019 à la Caja Magica de Madrid, sur dur (seule bonne décision). Sortez les calendriers, cela fait trois semaines après Bercy (pour les Top 50) et juste après le Masters (pour le Top 8). Soit pile au retour de vacances pour les premiers et exactement quand les seconds désespèrent de se retrouver sur une plage de sable fin. Le déplacement de cette phase finale en septembre était la priorité absolue de Kosmos. Elle est depuis hier son premier gros raté; et ce malgré l’organisation d’une conférence téléphonique inédite entre toutes les parties il y a quinze jours (conférence initiée par l’ATP ce qui en dit long sur le poids respectif des instances).

Arrive donc la question à 3 milliards sur 25 ans: sur quels «top joueurs» Gerard Piqué pourra-t-il compter afin de lancer «son bébé»? «Si Rafa (Nadal) n’est pas blessé, il viendra. Et pour Novak (Djokovic), je suis optimiste», a affirmé le défenseur blaugrana mercredi. Vraiment? La réalité est un peu moins rose. Dans sa stratégie de conquête, Kosmos avait en effet ciblé le «Big Three» – Federer, Nadal, Djokovic – pour assurer un lancement en fanfare. Son plan? Nommer Madrid ville hôte pour sécuriser Nadal et offrir les deux wild cards à la Suisse et à la Serbie afin d’attirer Federer et Djokovic. Or comme l’a révélé notre confrère du «Times» Stuart Fraser la semaine dernière, Roger Federer et Novak Djokovic ont refusé de s’engager. Le premier parce qu’il n’en a pas envie; le second car il est trop lié à l’ATP via son rôle de président du Conseil des joueurs pour ne pas «privilégier» la World Team Cup qui aura lieu cinq semaines plus tard en Australie.

Malgré ses efforts (certains acteurs ont reçu des sms quelques minutes avant des matches du Barça), Gerard Piqué est donc venu présenter un champ de ruines. L’ITF a été contrainte d’offrir ses wild cards à des «deuxième choix»: l’Argentine (Del Potro) et à la Grande-Bretagne (Murray). Sasha Zverev, leader de la Next Gen, et Lucas Pouille ont déjà annoncé qu’ils ne participeront pas. Enfin les rumeurs en provenance de Shanghai et du dernier Conseil des joueurs vont toutes dans le même sens: la volonté de soutenir en priorité la World Team Cup de l’ATP.

Alors certes, l’ITF et Kosmos ont «budgétisé» 10 millions de dollars de garanties pour attirer les meilleurs – on parle de 600 000 francs par équipe en prime d’engagement. Mais à cette date, cette première finale de Coupe Davis risque fort de ressembler à une immense exhibition où quelques Top 20 hors de forme – en pleine reprise foncière – tenteront de donner le change.

Voilà le triste tableau que cachait le sourire crispé de Gerard Piqué mecredi soir. Quant à la phrase sur les vieilles jambes de Roger Federer, elle donne sans doute une idée assez précise de sa frustration.

Créé: 18.10.2018, 18h10

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.