Vendredi 5 juin 2020 | Dernière mise à jour 21:33

Tennis Coupe Davis: les Croates crient au scandale

Le court en terre battue utilisé lors la finale de Lille ne sera prêt que deux jours avant les matches. Inacceptable et surtout pas réglementaire selon la Croatie.

La terre battue du stade Pierre Mauroy de Lille avait porté chance aux Suisse en 2014. En 2018, elle est source de polémique pour les Croates.

La terre battue du stade Pierre Mauroy de Lille avait porté chance aux Suisse en 2014. En 2018, elle est source de polémique pour les Croates. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Finaliste de la Coupe Davis (France-Croatie à Lille, du 23 au 25 novembre), la Croatie ne pourra pas disposer du court officiel dans le stade Pierre-Mauroy avant le mercredi précédant la compétition.

Cette situation ne convient pas du tout au directeur général de la Fédération croate de tennis, Marin Galic qui l’a fait savoir dans les colonnes de l’Equipe: «Il y a deux ans, lorsqu'on avait organisé la finale de la Coupe Davis contre l'Argentine, à Zagreb, nous avions dû fournir le court dès le lundi. Depuis, le règlement stipule que c'est le mardi. Mais là, à Lille, ce ne sera que le mercredi, nous ne sommes vraiment pas contents.»

La Faute au rugby

Cette situation est due à un match de rugby entre la France et l’Argentine, qui se déroulera dans la soirée du 17 novembre dans cette enceinte. La Fédération française a obtenu une dérogation spéciale de la part de la Fédération internationale de tennis. Car la construction du court en terre battue demande 48 à 60 heures de travail.

Les deux équipes ne disposeront donc que de deux journées d’entraînement avant cette finale. «La FFT nous dit que les courts d'entraînement (au centre de la Ligue) seront identiques, mais ce ne seront pas les conditions de la finale. La France a déjà disputé plusieurs rencontres de Coupe Davis dans ce stade, ses joueurs connaissent les lieux. Les nôtres, non. On n'est pas dans la même position de départ. Nous avons le sentiment que si c'est nous qui avions demandé un tel délai nous ne l'aurions pas obtenu. C'est la différence entre un grand et un petit pays. Malheureusement, nous sommes un petit pays», conclut Marin Galic.

Créé: 16.10.2018, 21h36

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.