Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 02:30

Tennis Un défi particulier pour Stanislas Wawrinka

Stanislas Wawrinka vivra mercredi l'un de ces épisodes particuliers qui jalonnent la carrière d'un tennisman: affronter Marcos Baghdatis à Melbourne Park.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Personne n'a oublié la folle aventure du Chypriote en 2006. Alors âgé de 20 ans, il s'était hissé jusqu'en finale face à Roger Federer poussé par toute la colonie grecque de Melbourne. On rappellera qu'il avait mené face au Bâlois 7-5 2-0 avec deux balles de double break dans sa raquette dans une ambiance presque délirante.

Capable de surgir à tout moment

Même s'il devait encore signer quelques coups d'éclat comme cette demi-finale à Wimbledon toujours en 2006, Baghdatis n'est pas parvenu à s'installer durablement dans le top ten, victime il est vrai d'une succession de blessures. Désormais entraîné par l'ancien mentor d'Andy Murray, Miles Maclagan, il demeure malgré tout un homme dangereux, capable de surgir à tout moment pour bouleverser l'ordre établi. Ainsi à Sydney la semaine dernière, il barrait la route à la tête de série No 1 du tournoi Juan Martin Del Potro.

«Marcos joue toujours très bien en début d'année, souligne avec raison Stanislas Wawrinka. Il est un super contreur. Je m'attends à un match extrêmement difficile». Le Vaudois a remporté leur unique affrontement à ce jour, en 2008 au Masters 1000 d'Indian Wells. Mais dans le désert californien, il y a certainement beaucoup moins de Grecs et de Chypriotes au bord du court qu'à Melbourne.

Ce choc contre Baghdatis permettra à Wawrinka de se situer vraiment. Ce ne sont pas ses trois premiers matches de l'année, contre Edouard Roger-Vasselin et Go Soeda à Chennaï et Benoît Paire à Melbourne qui peuvent vraiment éclairer sa lanterne. A Melbourne, il a affronté en la personne de Paire un adversaire touché aux adducteurs et qui a joué seulement pour toucher les 20 000 francs alloués aux perdants du premier tour.

Une nouvelle raquette pour gagner en puissance

Victorieux 6-1 6-1 7-5 du Français en seulement 1h40', Stanislas Wawrinka a eu le mérite de «faire le métier» lors d'un match bien trop décousu. Cette rencontre lui aura permis de peaufiner ses réglages avec sa nouvelle raquette, une Yonex qui doit lui apporter un surcroît de puissance. «La balle sort plus vite aussi», précise Wawrinka.

Fidèle depuis des années à la marque Head, Stanislas Wawrinka a pris très certainement un risque en changeant de raquette. «Je connaissais ma Head du bout des doigts. Mais les dirigeants de Yonex m'ont approché depuis un certain temps déjà, explique-t-il. Ils m'ont demandé quel profil pouvait me correspondre le mieux. J'ai alors essayé plusieurs modèles avant de me décider à franchir le pas».

Ce changement peut, espère-t-il, à l'aider à retrouver sa place parmi les dix meilleurs joueurs du monde. «Je nourris toujours un tel objectif, avoue-t-il sans détour. L'an passé, il m'a manqué deux ou trois victoires pour avoir une chance de l'atteindre». Sans parler des... quatres parties perdues contre Roger Federer à Melbourne, Indian Wells, Roland-Garros et Bâle, on évoquera en premier lieu ce quart de finale au Masters 1000 de Montréal face à Mardy Fish dont le gain l'aurait replacé dans le top ten. Ce rappel donne raison au Vaudois de croire toujours en son étoile. (si/Le Matin)

Créé: 16.01.2012, 10h58

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.