Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 18:58

Tennis «On a tous envie de voir Stan jouer à Genève»

Tête d'affiche des trois premières éditions du Geneva Open, le Vaudois pourrait rater le tournoi cette année.

Marc Rosset, directeur sportif du Geneva Open.

Marc Rosset, directeur sportif du Geneva Open. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Thierry Grin a annoncé d'entrée la couleur lundi en conférence de presse: «Nous tenons à remercier Stan Wawrinka, qui fut remarquable dans son rôle d'ambassadeur du tournoi pendant trois ans», a lâché le directeur du Geneva Open. «Mais aucun accord n'a pour l'heure été trouvé» concernant une participation du Vaudois à l'édition 2018.

Se fait-on à l'idée, du côté des organisateurs, que le double tenant du titre ne sera pas présent au Parc des Eaux-Vives du 20 au 26 mai? «Oui. C'est une possibilité», répond Marc Rosset, directeur sportif du tournoi. «Stan fait l'impasse sur les Masters 1000 d'Indian Wells et de Miami. On l'a vu à l'Open d'Australie, il n'était pas à 100%. Ses résultats n'étaient pas bons non plus en février», rappelle le champion olympique 1992.

«Il va désormais se consacrer à sa préparation sur terre battue. Mais en ce qui concerne le Geneva Open, tout dépendra de son état de forme, des résultats qu'il obtiendra dans les Masters 1000 de Madrid et de Rome», programmés durant les deux semaines précédant le rendez-vous genevois. «On a tous envie de voir Stan jouer à Genève. Mais, personnellement, j'ai surtout envie de le voir revenir à un niveau qui lui permette d'aller chercher des victoires. Quand tu as gagné trois titres du Grand Chelem, tu y as forcément pris goût», glisse le Genevois.

«Malheureusement une réalité»

Les têtes pensantes du tournoi genevois n'ont, évidemment, pas perdu espoir dans le dossier Stan Wawrinka. «Nous avons un certain budget (réd: 4 millions de francs l'an dernier), qui est plutôt important pour un tournoi ATP 250. Nous savons que nous pouvons faire venir de grands joueurs. Ceci dit, mon désir, et tout ce que j'espère, c'est que Stan vienne à nouveau cette année», explique ainsi Eric Sturdza, patron de la banque qui est le sponsor-titre du tournoi.

L'attirer à nouveau à Genève est-il l'objectif no 1? «Pour moi, oui. Mais je ne suis qu'un sponsor, même si je suis le sponsor principal. Je ne choisis ni ne décide des noms des joueurs qui vont venir», précise Eric Sturdza. «Nous avons des moyens financiers, mais ils ne sont tout de même pas aussi importants que ceux des tournois de catégorie supérieure», explique-t-il.

«On a donc des choix à faire. J'ai mon mot à dire, mais ce n'est pas moi qui mets sur pied ce tournoi. Les organisateurs ont beaucoup d'expérience. Il est absolument essentiel qu'ils parviennent à créer un tableau offrant toutes les garanties. Aujourd'hui, il est difficile d'imaginer que les organisateurs basent tout leur tournoi sur un joueur qui est pour l'heure blessé. C'est malheureusement une réalité», regrette Eric Sturdza (à dr.). «Mais si on prend l'aspect humain, je sais parfaitement qui je choisis», sourit-il.

«On lui garde une wild-card»

La seule présence d'un joueur de la trempe de l'ex-no 3 mondial n'est par ailleurs pas un gage de succès. «Il avait gagné le titre il y a deux ans, mais le public n'avait pas répondu présent en raison d'une météo exécrable», se souvient ainsi Marc Rosset. «Il avait récidivé l'an dernier, et le public était cette fois-ci venu en nombre (27'000 spectateurs, quatre journées à guichets fermés) grâce à des conditions météorologiques parfaites», poursuit le finaliste de la Coupe Davis 1992.

Les organisateurs du Geneva Open ne semblent donc pas prêts à dérouler le tapis rouge à Stan Wawrinka, qu'ils espèrent avant tout voir retrouver son véritable niveau de jeu. Mais la porte reste largement ouverte.

«On lui garde une wild-card, bien sûr», lâche Marc Rosset. «C'est justement pour ce genre de cas qu'on garde des invitations, pour des joueurs qui ont besoin de gagner des matches. Nous suivrons attentivement les résultats de tout le monde à partir d'Indian Wells et Miami, et discuterons aussi avec d'autres joueurs. Mais il y aura toujours une ou deux invitations disponibles au dernier moment», conclut le Genevois.

(ats/nxp)

Créé: 05.03.2018, 15h44

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.