Dimanche 7 juin 2020 | Dernière mise à jour 22:22

Tennis Federer peut-il rebondir?

Gaël Monfils était un obstacle trop haut et trop rapide pour un Roger Federer convalescent. Le Bâlois peut-il finir le week-end en trombe?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En quinze ans et 45 simples de Coupe Davis, Roger Federer ne s’était jamais incliné en trois sets. Jamais.

Aussi douloureux soit-il, ce coup de massue statistique se nourrit fort heureusement d’un contexte. Deux jours d’entraînement, septante-cinq minutes de tennis et une petite poignée de points, voilà l’équipement sur lequel le No 2 mondial s’appuyait pour grimper la montagne Gaël Monfils. Même pour un «génie de l’adaptation», autant attaquer la face nord du Cervin en tongs.

1 Ses carences

Il y a d’abord l’impression visuelle. Celle d’un Roger Federer nettement moins tonique et précis que d’habitude dans son petit jeu de jambes. Face aux frappes lourdes de Gaël Monfils, le Bâlois a ainsi semblé devoir sans cesse réagir dans l’urgence. Résultat? Sa très timide longueur de balle – surtout en revers – ne lui a jamais permis de prendre les commandes de l’échange. Or, comme son premier service avait égaré 10 km/h en traversant la Manche, l’équation est très vite devenue insoluble.

Reste donc la question essentielle: faut-il imputer cette impasse aux séquelles de sa blessure ou à son manque de repères sur terre battue? «Le dos a tenu; par contre, je n’ai pas assez joué sur terre, expliquait le No 1 suisse à sa sortie du court. Je ne suis pas gêné sur un coup précis. C’est plus une peur généralisée, difficile à expliquer. En fait, il s’agit d’un fantôme qui rôde dans mon esprit.» L’aveu n’a rien d’anodin puisqu’il suggère une barrière plus mentale que physique. Soit le moins redoutable des ennemis pour un joueur de cette expérience.

2 L’espoir

Pour commencer, il faut écouter le Maître. «Je trouve encourageant de m’être amélioré au fil de la rencontre et de la terminer sans douleur. Après, je ne suis pas venu pour faire des matches comme celui-là. J’attends de grandes choses de ce week-end. Mais je peux déjà être satisfait d’avoir tenu ma place; ce n’était pas évident il y a trois jours.» Là encore, le discours est important. Car il dessine une trame à l’échelle du week-end.

Celle d’un Roger Federer «programmé» pour progresser. Jour après jour. Set après set. A la lumière du match d’hier, cette posture est optimiste mais crédible. Une preuve? L’intensité atteinte par moments dans la troisième manche. Durant trois jeux (de 1-1 à 2-3), Roger Federer parvint même à bousculer Gaël Monfils à l’échange, en coupant quelques trajectoires pour réussir à basculer de la défense vers l’attaque. Les trois «come on» lâchés par le Bâlois pendant cette parenthèse prometteuse prouvent aussi qu’il avait conscience d’élever son niveau de jeu. Rassurant.

3 Le double

En suivant cette logique d’une progression programmée, Roger Federer devrait être aligné aujourd’hui en double. Mais est-ce bien raisonnable? «Je suis prêt à jouer si Seve juge que c’est la meilleure solution. Je viens de recueillir beaucoup d’informations et je pense prendre moins de risques demain que cet après-midi (ndlr: hier).»

Severin Lüthi se trouve donc devant une décision particulièrement délicate, sans doute la plus complexe de son capitanat. Car la composition du double suisse devra offrir les meilleures chances de remporter au moins un point entre samedi et le premier simple de dimanche.

Or Roger Federer veut jouer pour améliorer son niveau et renforcer ses chances de battre Tsonga. Stan Wawrinka veut aussi retourner dans l’arène pour ne pas couper son magnifique élan. Enfin, Marco Chiudinelli a empilé les heures d’entraînement spécifique avec David MacPherson jusqu’à paraître extrêmement affûté. «On va parler et prendre une décision dès ce soir (ndlr: hier)», a glissé Severin Lüthi avant de disparaître. On a alors eu envie de lui souhaiter «bon courage».

Créé: 22.11.2014, 09h56

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.