Samedi 25 novembre 2017 | Dernière mise à jour 11:57

Tennis Federer:«Intéressant de gagner comme ça»

Face à un Zverev bouillant pendant un set, le Suisse a dû défendre bien plus que de coutume pour verrouiller sa place en demi-finale. «Une vraie bataille, bonne pour la confiance.»

Roger Federer: «J’ai beaucoup défendu. À force, tu en oublies qu’il faut avancer.»

Roger Federer: «J’ai beaucoup défendu. À force, tu en oublies qu’il faut avancer.» Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après deux jours et demi à ronronner ou boitiller, le Masters a retrouvé, mardi soir, un niveau digne de ses standards historiques. Un jeune effronté qui frappe long et fort, un vieux lion qui ruse, esquive et riposte, des vrais échanges «bras de fer», un tie-break, des sursauts inattendus, Roger Federer et Alexander Zverev ont offert à l’O2 Arena tout ce qui fait la légende du lieu. Il était temps.

«Ceux qui me connaissent savent que je suis normalement effondré après une défaite. Or ce soir, je quitte le stade plein d’images positives, validait «Sascha» après la douche. Hormis ma chute de concentration au troisième, j’ai joué un excellent tennis. Il y avait une belle énergie dans ce match, de l’intensité. Si j’enchaîne de la sorte contre Sock, vous risquez de me revoir ce week-end.»

L’Allemand a raison. Impérial au service durant presque une heure (81% de première à 210 km/h de moyenne jusqu’à 5-5), le No 3 mondial a souvent poussé Roger Federer sur les talons. Et lui seul sait comment il a laissé échapper un tie-break du premier entamé pied au plancher (4-0).

«Au début, j’avais vraiment de la peine à le retourner. Et j’ai eu beaucoup de mal à tenir sa cadence dans la diagonale revers, reconnaissait «le Maître». Du coup, je me suis dit qu’il fallait que je tienne mes jeux de service et que je le fasse jouer au maximum, en tentant d’ouvrir sur le côté coup droit avec mon slice.» Une posture d’urgence, presque exclusivement réactive. «C’est vrai, j’ai beaucoup défendu. À force, tu en oublies qu’il faut avancer et tu laisses passer les occasions d’être offensif.»

«Plein d'enseignements positifs»

Au final, Roger Federer a donc marqué son territoire en jouant un tennis de son âge, rusé et réactif. Le tout en terminant plus frais – mentalement et physiquement – que son cadet de seize ans. Faut-il se réjouir de cette solidité ou s’inquiéter de l’avoir vu enfermé dans une posture qui ne lui ressemble pas?

«Aucune inquiétude car je sais que je peux changer tout de suite, jeudi ou samedi en demi-finale, positivait-il avant de quitter l’O2. En réalité, gagner comme ça me donne confiance. Au départ, l’idée était d’être plus offensif. Mais c’est plutôt intéressant de défendre ainsi sur une surface aussi rapide. Je peux prendre plein d’enseignements positifs de ce match en vue de la suite du tournoi.»

Ça tombe bien. Car à la moitié du «round-robin», tout indique que «RF» pourrait bien retrouver «Sascha» Zverev dimanche en finale. (Le Matin)

Créé: 15.11.2017, 07h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.