Mercredi 16 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:15

Tennis «J’avais envie, Roger aussi, mais…»

Après sa belle victoire face à Guido Pella (6-3, 6-4), Stan Wawrinka a expliqué pourquoi il ne jouerait pas la Laver Cup à Genève.

Le Vaudois a encore été convaincant.

Le Vaudois a encore été convaincant. Image: EPA/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Stan Wawrinka, voilà une victoire qui fait du bien.

En effet. C’était un match de haut niveau, surtout au premier set. Et dans le second, tout s’est joué dans la tête. Je le répète depuis des semaines, c’est exactement ce genre de combats qu’il me faut: ces victoires qui deviennent difficiles, lorsque je bouge un peu moins bien, que l’autre monte son niveau et que j’hésite un peu.

Cinq balles de break, une fin de match tendue, les moments chauds ont basculé de votre côté aujourd’hui. Rassurant?

Vous l’avez vu, il y avait beaucoup de tension à la fin; une tension par rapport à moi-même (il a conclu à sa quatrième balle de match). Mais si je regarde le match dans son ensemble, je le bats quand même en deux sets en étant très solide, en le dominant du fond, en bougeant bien. C’est une très belle victoire contre un joueur en confiance.

Il y a eu un épisode étrange en début de second set lorsque vous avez recadré des personnes installées dans votre box. Que s’est-il passé?

Toute ma carrière, j’ai toujours regardé ce qu’il se passait autour du terrain. Il y a des jours où je me fiche complètement de ce qui s’y passe et il y en a d’autres… Ce n’est pas que mes invités doivent être ultra concentrés mais il y a des choses que je n’accepte pas dans ma box. Aujourd’hui, ça m’a énervé de les voir parler. Il fallait que je le dise tout de suite pour ne pas laisser l’agacement s’installer. Vous savez, même durant mes finales de Grand Chelem, j’ai toujours regardé dehors. Je me suis toujours échappé du match tout en restant à 100% dedans.

Vous avez officialisé via Instagram que vous ne participeriez pas à la Laver Cup. Étiez-vous en discussion avec l’organisateur?

Il y a eu des discussions l’année passée, avec Roger d’abord puis nos managers respectifs. Les dernières ont eu lieu en Australie. Ils m’ont fait des propositions qui ne m’ont pas convenu. Ils m’ont ensuite dit que c’était leur dernière offre. À partir de là, cela était assez clair dans ma tête que je ne la jouerais pas. C’est un choix.

Mais en aviez-vous envie?

Oui. C’est à Genève quand même. J’en avais envie, Roger avait envie que je la joue. Malheureusement ça ne s’est pas fait. Et comme je me suis engagé à Saint-Pétersbourg ces derniers jours, ma décision est désormais publique.

Créé: 08.05.2019, 16h41

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.