Samedi 6 juin 2020 | Dernière mise à jour 22:22

Tennis Jean-François Collet: «On fait comme si…»

Le directeur du tournoi ATP de Gstaad et du Ladies Open de Lausanne veut croire à un miracle.

Jean-François Collet est dans l'attente d'une décision des instances dirigeantes.

Jean-François Collet est dans l'attente d'une décision des instances dirigeantes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce mercredi 1er avril, Jean-François Collet a appris comme tout le monde la mauvaise nouvelle. Le monde du tennis s'est mis en pause jusqu'au 13 juillet en raison de la pandémie de coronavirus. Directeur du tournoi ATP de Gstaad et du Ladies Open de Lausanne, le dirigeant n'a pas encore vu ses manifestations être rayées du calendrier. Mais cela ne semble être qu'une question de temps puisque les deux tournois organisés en Suisse ont lieu lors de la dernière quinzaine de juillet. A moins d'un miracle, ce seront donc les prochains sur la liste.

Jean-François Collet, dans quel état d'esprit vous trouvez-vous?

Ecoutez je suis serein. Serein car je sais que la situation est la même pour tout le monde. Je suis l'évolution de cette maladie et j'ai appris comme vous l'annulation de plusieurs tournois majeurs. C'est une décision logique si l'on prend en compte les circonstances.

Les tournois de Gstaad et de Lausanne sont encore au programme. Mais dans le fond, n'auriez-vous pas préféré que tout soit clair dès aujourd'hui?

Je suis assez réaliste et je me doute bien que nous avons de fortes chances d'être les prochains sur la liste lors du prochain bloc d'annulation qui devrait avoir lieu six à huit semaines avant les compétitions. Mais cela nous laisse au moins encore espérer une nette amélioration d'ici mai.

Est-ce encore possible à votre avis?

On peut toujours espérer un miracle. Mais il ne faut pas juste une amélioration en Suisse. Il faut une embellie globale. Car si c'est toujours compliqué en Amérique du Sud, on ne va pas interdire les inscriptions à ces joueurs. Ce ne serait pas correct du tout. Donc la probabilité semble tout de même faible. Actuellement, tout le monde cherche des solutions. Jouer à huis clos. Mettre les joueurs deux semaines en quarantaine avant leur arrivée sur site. Mais je me demande s'il y a vraiment une formule satisfaisante.

Et vous travaillez donc toujours comme si de rien n'était?

Oui, nous faisons comme si cela allait avoir lieu. Ce que nous avons mis en place, actuellement, c'est de retarder au maximum les frais liés à l'installation des infrastructures. Car le reste des frais de personnel ou de marketing sont déjà effectifs. Il y a par contre moyen de limiter les dégâts dans les points évoqués ci-dessus. En ce qui concerne les primes d'engagement pour les joueurs, elles ne sont pas garanties, ce n'est donc pas un souci.

Wimbledon semble être au bénéfice d'une assurance pandémie. N'est-ce pas votre cas?

Non. Mais comme 99% des manifestations, d'ailleurs. Nous essayons de garder espoir en nous disant que si nos tournois sont maintenus, nous pourrions avoir de sacrées belles affiches car tout le monde voudra retrouver le chemin des courts. Mais avant de penser à cela, il faut déjà songer à la santé de tout le monde. C'est le point le plus important.

Vous êtes également président de NE Xamax, club de Super League à l'arrêt. Laquelle des deux casquettes est la plus délicate à porter en ce moment?

Celle du football, sans aucun doute. Car les frais sont déjà tous engagés contrairement à ceux du tennis évoqués précédemment.

Propos recueillis par Grégory Beaud

Créé: 02.04.2020, 15h26

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.