Lundi 6 avril 2020 | Dernière mise à jour 18:41

Tennis «Je sais que tous les joueurs vont ramer»

Présent à Gstaad pour la première fois depuis neuf ans, Roger Federer sait qu'il va souffrir, comme les autres, de l'altitude.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Malgré sa série noire marquée pour la 1ère fois depuis 2002 par deux défaites de rang concédées contre des joueurs classés au-delà de la 100e place, la «Federermania» joue toujours à plein à Gstaad.

L’intéressé a pu le vérifier lors de sa première apparition publique de la semaine. «On m’a dit qu’une cinquantaine de journalistes étaient là ce soir. Honnêtement, cela m’a surpris. Je pensais me retrouver seulement devant une vingtaine, avoue-t-il. Je suis très heureux que ma présence suscite un pareil engouement. Ce tournoi le mérite. Gstaad demeure un classique dans le calendrier».

Opposé jeudi contre le vainqueur de la rencontre qui opposera l’Allemand Daniel Brands (ATP 55) à son camarade de promotion Marco Chiudinelli (ATP 158), Roger Federer foulera à nouveau la Roy Emerson Arena où il avait cueilli le titre en 2004, l’année de sa dernière présence dans l’Oberland. «Dans ma tête, l’idée de revenir jouer à Gstaad était bien présente. Elle a germé il y a une année et demie, explique-t-il. Le soir de ma défaite à Wimbledon, le choix de venir cette année à Gstaad a sonné comme une évidence».

Comme Stanislas Wawrinka, Roger Federer abordera ce tournoi avec la plus grande humilité malgré son statut de meilleur joueur de tous les temps. «Gstaad est un tournoi particulier avec l’altitude. Tu ne peux pas venir six semaines ici pour te préparer, dit-il. Je l’aborde de manière très relâchée dans la mesure où je sais que tous les joueurs vont ramer au début. Mais très vite, tu peux te sentir très à l’aise sur le court». Espérons que ce «tu» s’adresse à lui-même...

A Gstaad, Roger Federer jouera comme la semaine dernière à Hambourg avec sa nouvelle raquette. «Je suis pour l’instant très content de ce changement, note-t-il. Mais je sais qu’il me faudra passer encore bien des heures sur le court pour savoir s’il s’agit vraiment d’un plus. Mais la décision de jouer avec cette raquette aux Etats-Unis n’est pas encore prise. Je dois encore réfléchir». Changer de raquette pour un tel joueur est aussi délicat que le recours à un nouveau violon pour un virtuose. «C’est vrai, il y a des joueurs qui ont vécu un véritable traumatisme en changeant leur raquette», glisse Roger Federer. On pense à Fernando Verdasco et à un degré moindre à Novak Djokovic.

Le seul bémol pour le Bâlois réside dans ces douleurs dorsales qui l’ont tracassé la semaine dernière à Hambourg. «Je n’étais pas à 100% mais ces douleurs n’expliquent pas ma défaite contre Delbonis», lâche-t-il. Une défaite qu’il ne l’a pas marquée «contrairement à bien des observateurs», ajoute-t-il.

Créé: 22.07.2013, 21h42

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.