Vendredi 19 juillet 2019 | Dernière mise à jour 08:26

Tennis Nick Kyrgios: «Tu étais au pub toi hier soir!»

Plongez au cœur de la conférence de presse du fantasque Nick Kyrgios, éliminé jeudi soir par Rafael Nadal.

Capture d'écran.

Capture d'écran. Image: Youtube

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Assister à un point médias de Nick Kyrgios, c'est un peu comme quand on s'apprête à s’asseoir devant l'un de ses matches. On ne sait jamais vraiment à quoi s'attendre. Éliminé dès le deuxième tour de Wimbledon jeudi soir, après une rencontre de très haut niveau contre Rafael Nadal, le turbulent Australien avait à peine délaissé le Center Court qu'il était déjà arrivé en conférence de presse. Une téléportation en deux minutes chrono qui a bien fait rire les journalistes devant leurs écrans. «Annonce majeure. Nick Kyrgios est en route pour la salle d'interview principale immédiatement.»

L'un de nous met de suite les deux pieds dans le plat. «Vous ne pensez pas que vous auriez pu jouer un peu mieux si vous n'aviez pas été au pub hier soir?» Réponse de l’intéressé. «Non. Vous semblez trop excité de me poser cette question. Votre vie doit vraiment être ennuyeuse.» Après avoir reconnu que le coup droit du Majorquin était téléguidé, Nick Kyrgios remballe un confrère qui n'avait pas eu la réponse qu'il voulait. «C'est votre deuxième question à la suite. Attendez votre tour.» Avant d'en reconnaître un autre. «Tu étais au pub toi hier soir (Rires). C'est marrant. Ou plutôt gênant.»

Les minutes passent. L'Australien ne cache pas qu'il a voulu volontairement viser Rafael Nadal avec son coup droit dans le huitième jeu du troisième set. «Je l'ai visé, ouais. Je voulais vraiment le viser en plein dans la poitrine. Pourquoi je m'excuserais? Combien a-t-il gagné de Grands Chelems, combien d'argent a-t-il sur son compte? Je pense qu'il peut prendre une balle dans la poitrine. Je ne vais pas m'excuser auprès de lui.» Les journalistes se ruent sur leurs smartphones. Ça tweete de tous les côtés et ce passage fera la «Une» d'un grand nombre de médias quelques heures plus tard.

On s'approche de la fin du point presse. On lui demande si les meilleurs joueurs du circuit bénéficient d'un traitement spécial auprès des arbitres. «Pas vraiment», répond-il, avant de lâcher: «même si aujourd'hui, il a été affreux. Il a été horrible.» Un confrère le sonde pour savoir ce qu'il espère que les gens retiennent de lui comme joueur de tennis. Nick Kyrgios, qui a avoué plus tôt qu'il avait beaucoup de choses à améliorer pour arriver au niveau de son adversaire du jour, s'agace. «On me pose ces questions alors que je n'ai que 24 ans. J'en sais rien. C'est trop tôt pour répondre probablement.»

Créé: 05.07.2019, 10h56

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.