Lundi 24 juin 2019 | Dernière mise à jour 17:07

Tennis Rafael Nadal: «J’étais prêt pour de grandes choses»

Très classe au moment de quitter le court, l'Espagnol a eu ensuite de la peine à cacher son immense déception. Il se sentait capable d’aller au bout.

Rafael Nadal: «J'ai mieux joué que ces dernières années, mais c'est une occasion qui s'envole.»

Rafael Nadal: «J'ai mieux joué que ces dernières années, mais c'est une occasion qui s'envole.» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Terrassé au bout d’une cinquième manche dantesque (15-13 en 2 h 15) par un Gilles Muller en état de grâce, Rafael Nadal a d’abord fait l’étalage de toute sa classe, lundi soir. Le Majorquin a attendu son adversaire pendant de longues secondes afin de quitter le court No 1 en compagnie de son bourreau.

Il a ensuite signé une poignée d’autographes pour remercier ce public qui avait pris fait et cause comme rarement pour sa «remontada» (il était mené deux manches à rien). Il a donc fallu attendre que «Rafa» se présente devant la presse pour vraiment mesurer toute l’étendue de sa déception.

Un moment charnière raté

«Je quitte le tournoi en huitièmes de finale, ce n’est pas ce que j’avais prévu, a-t-il lâché. Surtout après avoir joué quelques très bons matches. Vous me dites qu’il y a du positif? Franchement, j’ai du mal à le voir en ce moment. Oui, j’ai bien joué; mieux que ces dernières années. Et j’étais prêt pour de grandes choses, c’est donc une occasion qui s’envole.»

Ce sont même plusieurs occasions en or qui s’envolent. Car en cas de succès, Rafael Nadal n’aurait plus été qu’à deux matches de retrouver la place de No 1 mondial (une victoire en demi-finale contre Murray aurait suffi). Et le niveau de jeu qu’il afficha par séquences, hier comme durant toute la première semaine, en faisait l’un des deux grands favoris au titre.

«Gilles a très bien joué, bravo à lui. Surtout au cinquième set durant lequel il a eu la bonne attitude, reprenait l’homme aux quinze titres du Grand Chelem. J’ai mal joué dans les deux premières manches. Puis je suis revenu et j’ai eu mes occasions pour l’emporter.» En l’occurrence quatre balles de break, toutes réunies dans le dix-neuvième jeu de la dernière manche. Un moment charnière qui semblait laisser des regrets déjà éternels à l’Espagnol.

«Ces balles de break étaient des balles de match et j’ai fait quelques erreurs de jugement; surtout lorsque je suis monté au filet (ndlr: passing de revers irréel de Muller). C’est facile de le dire après coup, mais je suis meilleur que lui du fond de court. J’aurais pu attendre un peu. Il y a aussi eu ce coup droit un peu forcé. Et puis mon très bon retour sur deuxième balle qui a été annoncé faute (le point a été donné à rejouer).» Un jeu interminable au bout duquel Rafael Nadal «grillait» son dernier challenge; le genre de galère dont on se passerait bien à 9-9 au cinquième set.

Muller: «Je ne sais pas comment je m'en suis sorti»

Dix jeux plus tard et sur sa cinquième balle de match, Gilles Muller pouvait ouvrir des grands yeux vers son clan. À 34 ans, le Luxembourgeois venait de couronner sa meilleure saison – titres à Sydney et Den Bosch, meilleur classement (ATP 26) – par la victoire d’une vie.

«Franchement, je ne sais pas comment je m’en suis sorti. J’ai juste essayé de rester dans le coup. Je jouais bien, Rafa a accéléré aux troisième et quatrième sets. Je me suis juste dit de tout donner, de saisir la moindre chance qui se présenterait. Les quatre premières m’ont échappé. Mais j’ai continué à y croire. Et à la fin, je ne sais pas trop comment, ça a fini par passer.»

Ce matin ou dans quelques jours, Gilles Muller devrait finir par comprendre. Il a tout simplement récité un tennis d’attaque sublime durant près de cinq heures. Et il fallait bien cette merveille pour estourbir un Rafael Nadal qui avait le droit de se sentir «prêt pour de grandes choses». (Le Matin)

Créé: 11.07.2017, 07h43


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



Les chroniqueurs du Matin Dimanche


Sondage

Président de NE Xamax, Christian Binggeli a-t-il eu raison de ne pas demander l'Europe?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.