Samedi 23 septembre 2017 | Dernière mise à jour 10:47

Wimbledon Les larmes de Federer, sacré pour la 8e fois

Le Bâlois a remporté son huitième titre à Wimbledon, un record, et son 19e succès en Grand Chelem. Phénoménal!

Les chiffres du match

Federer - Cilic
Aces 8 - 5
Doubles fautes 2 - 3
Premiers services 76% - 60%
Points gagnés sur premières balles 81% - 65%
Points gagnés sur deuxièmes balles 71% - 39%
Breaks/balles de breaks 5 sur 10 - 0 sur 1
Coups gagnants 23 - 16
Fautes directes 8 - 23
Points gagnés au filet 6 - 12
Points gagnés 96 - 64

Galerie photo

Federer et Wimbledon, la belle histoire

Federer et Wimbledon, la belle histoire Le Bâlois a fait du tournoi sur le gazon londonien l'objectif ultime de toute une carrière.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il existe un petit coin d'Angleterre où Elizabeth II ne règne pas, c'est Wimbledon et le souverain s'appelle Roger Federer. Le Bâlois en est devenu dimanche le maître incontesté avec une huitième couronne record, sa 19e en Grand Chelem après s'être imposé 6-3 6-1 6-4 face à un Marin Cilic diminué en finale.

Le Bâlois, qui fêtera ses 36 ans le 8 août, s'impose pour la huitième fois sur le gazon de Church Road après 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2009 et 2012. Sacré pour la première fois à Londres sans avoir perdu le moindre set, il est le deuxième joueur de l'ère Open à s'adjuger au moins huit fois le même tournoi majeur après Rafael Nadal, qui a triomphé pour la 10e fois à Roland-Garros le mois dernier.

Les ampoules de Cilic

Joueur le plus âgé à conquérir le titre à Wimbledon au cours de l'ère Open (1968), Roger Federer a survolé les débats pour sa 11e finale sur l'herbe londonienne. Maric Cilic a fait illusion en tout début de match, se procurant même la première balle de break enregistrée au cours de cette partie, dans le quatrième jeu. Gêné par de grosses ampoules au pied gauche, le vainqueur de l'US Open 2014 a cependant très rapidement «surjoué», accumulant les fautes directes (23 au total, contre 8 pour Roger Federer).

Lâché par son service (49 % de premières balles passées seulement dans le set initial), Marin Cilic a fait appel une première fois au kiné alors que le tableau d'affiche indiquait 6-3 3-0 en sa défaveur, sans toutefois se faire soigner. En larmes sur sa chaise à ce changement de côté, le géant Croate (1m98) était quasi inoffensif à la reprise et concédait un quatrième break dans cette partie pour se retrouver dos au mur à 6-3 6-1 et après seulement 61' de jeu.

Marin Cilic, dont les déboires n'enlèvent rien aux mérites de Roger Federer, se faisait finalement soigner à l'issue du deuxième set. Sa résistance était d'ailleurs plus grande dans la troisième manche: il retrouvait sa première balle de service, et sauvait une première balle de break à 1-1. Mais il lâchait prise à 3-3, commettant quatre fautes (dont deux non provoquées) consécutives pour offrir le break décisif à son adversaire.

«J'étais diminué, mais je ne voulais pas abandonner», a expliqué un Marin Cilic dépité à l'issue de cette finale. «Ce n'est pas tous les jours qu'on peut disputer une finale à Wimbledon. J'ai essayé de faire au mieux, mais c'est difficile pour moi aujourd'hui. Mais j'ai tout donné, mais cela reste un tournoi incroyable pour moi», a poursuivi le Croate, qui disputait sa deuxième finale majeure.

Les larmes de Federer

Roger Federer, qui grimpera à la 3e place mondiale grâce à son triomphe londonien, a conservé sans trembler cebreak d'avance. A 15h49 heure de Londres, avec des balles neuves, il pouvait servir pour le titre. Trois minutes plus tard, il armait un ace sur le «T» sur sa deuxième balle de match pour poursuivre son parcours de rêve en 2017 et écrire un nouveau chapitre de sa légende, avant de fondre en larmes sur sa chaise en voyant ses enfants dans sa loge.

«C'est cruel pour Marin. Mais il reste un héros. Il peut être fier de lui, d'avoir tout donné», a tout d'abord lâché Roger Federer à l'heure de la remise des trophées. Comment pourrait-il faire encore mieux? «En faisant plus de pauses», a répondu tout sourire le Bâlois. «Ma stratégie a payé. Mon but principal a toujours été de rester en bonne santé. Cela me permet d'avoir plus de succès. Je me sens super bien grâce à ces pauses», a-t-il glissé.

«Je gagne le titre sans avoir lâché une seule manche. Après ce que j'ai vécu l'année dernière, c'est magique», a enchaîné Roger Federer, qui avait mis fin à sa saison 2016 après ce tournoi de Wimbledon. «Je peine à y croire, c'en est trop. En 2016, quand j'étais blessé, je ne savais pas si je pourrais revenir un jour à ce niveau-là. Mais j'y ai cru très fort, et le rêve de pouvoir revenir en finale à Wimbledon m'habitait toujours. C'est fantastique d'avoir parachevé mon comeback ici.»

(ats/afp/jsa/nxp)

Créé: 16.07.2017, 23h07


Sondage

Comprenez-vous la réaction de Christian Constantin envers Rolf Fringer?




Les chroniqueurs du Matin Dimanche

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.