Lundi 27 janvier 2020 | Dernière mise à jour 00:12

Tennis Roger Federer: «C'est un sentiment extraordinaire»

Le Bâlois a avoué qu'il avait pensé perdre en trois sets à un moment donné. Sa victoire n'en devient que plus belle. Interview.

Roger Federer: «C'est immense à tous les niveaux.»

Roger Federer: «C'est immense à tous les niveaux.» Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bien que mené 2 sets à 0 et devant faire face à trois balles de break, Roger Federer a trouvé le moyen de tout de même battre Marin Cilic au bout du suspense. Pour son premier match en cinq sets depuis plus d'une année, le Bâlois a prouvé qu'il avait encore de belles capacités physiques malgré les blessures de ces derniers mois. Interview.

- Roger Federer, racontez-nous cette rencontre...

«C'était une grosse bagarre. C'est toujours génial de remporter des matches pareils. C'est quelque chose de rare qu'il faut savoir apprécier lorsque cela arrive. Lorsque j'étais mené de deux sets et que j'avais trois balles de break à sauver, à 3-3, je n'ai pas baissé les bras. Je me suis battu. J'y ai cru. Au final je l'ai fait, et c'est immense à tous les niveaux.»

- Était-ce votre plus grand come-back?

«J'en ai eu un ou deux. Le plus grand, je ne sais pas. Mais le fait qu'il ait eu lieu à Wimbledon, sur le court central qui plus est, cela rend les choses encore plus spéciales pour moi. Mais ce qui le rend plus particulier encore, c'est que cela me donne encore une chance de gagner le tournoi. C'est bien là le plus important.»

- Vous aviez perdu en trois sets contre lui à l'US Open 2014... Qu'y avait-il de différent aujourd'hui?

«Pour être honnête, je pensais que j'allais perdre également en trois sets. Je vivais la même chose. Il servait bien. Il tapait fort dans la balle. Pendant deux sets, je n'ai pas pu faire grand chose. Puis je me suis ajusté en retour de service. J'ai été capable de mieux le lire.»

- Qu'est-ce qui a changé à 3-3 dans le troisième set?

«Rien! (rires) Le match a continué d'être très difficile. Mais dans mon esprit j'avais l'impression d'avoir perdu une vie et de ne plus en avoir d'autre en réserve. Je n'ai rien changé et j'ai continué à me battre.»

- A 34 ans et malgré vos récentes blessures, vous n'avez pas semblé dérangé par la durée du match...

«C'est vrai. Avec le côté unique de la saison que je suis en train de vivre, c'est vraiment une bonne chose d'avoir pu gagner un tel match. J'ai pu tester mon corps. Cela rend peut-être ce succès encore plus beau émotionnellement.»

- Maintenant, Milos Raonic...

«Je vais déjà profiter de cette qualification. Je ne vais pas trop tomber dans l'euphorie, ce n'était qu'un quart de finale. Mais si tu ne profites pas d'un moment comme celui-ci, il y a un problème. Ce n'est pas comme si je devais à nouveau jouer le lendemain. J'ai un jour entre deux pour me concentrer sur mon nouvel adversaire. Je m'attends au même genre de match face à un joueur qui sert peut-être encore mieux que Marin Cilic.»

Créé: 06.07.2016, 20h27

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.