Dimanche 7 juin 2020 | Dernière mise à jour 11:17

Tennis Roger Federer: «Je ne vois aucune raison de m'entraîner»

Le Bâlois a évoqué son quotidien sans tennis et une éventuelle reprise du circuit avec Gustavo Kuerten.

Roger Federer n'a pas la tête au tennis en ce moment.

Roger Federer n'a pas la tête au tennis en ce moment. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Toujours confiné en Suisse, à son domicile, Roger Federer a répondu à l'appel de l'ex-roi de Roland-Garros, Gustavo Kuerten, par le biais d'une visio-conférence. L'ancien joueur brésilien est l'un des ambassadeurs de la campagne «Gagner ensemble», qui a pour but de récolter des fonds pour aider 35'000 familles de son pays natal face à la pandémie de Covid-19. «Je me suis dit 'si Guga m'appelle, je suis toujours là pour aider', a lâché le Bâlois, dans des propos rapportés par le média brésilien «Globo Esporte». Le monde entier est concerné par ce virus. Peu importe que l'on vienne du Brésil ou de Suisse, nous affrontons ensemble ce problème.»

Le «Maître», qui se remet d'une opération du genou droit, avait publié il y a quelques semaines une vidéo de lui en train de taper gentiment contre un mur. Et à l'écouter, il n'a pas prévu d'en faire beaucoup plus pour l'heure. «Je ne m'entraîne pas pour le moment, parce que je n'en vois pas l'utilité pour être honnête. Je suis satisfait de mon état physique, mais la reprise est encore loin à mon avis. Et je pense qu'il est important de profiter mentalement de cette pause à ce stade de ma carrière, après avoir tant joué au tennis. Le circuit ne me manque pas tellement. Je le ressentirai quand je serai sur le point de reprendre la compétition et que j'aurai un objectif pour m'entraîner. Je serai super motivé.»

Federer ne veut pas de huis clos

Alors que le jeu est arrêté jusqu'à début août, Roger Federer, à l'instar de Rafael Nadal et de Stan Wawrinka, semble convaincu que cette pause forcée va durer. Et il espère que la compétition à huis clos ne verra pas le jour. «Je n'imagine pas voir un stade vide. J'espère que ça n'arrivera pas. Même si, quand nous nous entraînons, la plupart du temps, il n'y a personne, tout est calme. C'est possible évidemment de jouer sans public, mais j'espère vraiment que le circuit reprendra comme avant, même s'il faut attendre un peu plus pour un retour à la normale. Ou dans des grands courts au moins remplis au tiers ou à moitié.»

En attendant la reprise, l'homme aux vingt titres en Grand Chelem profite des siens comme jamais cela ne lui est arrivé au cours de sa carrière. «Nous ne sommes jamais restés à la maison plus de cinq semaines depuis ma dernière intervention chirurgicale en 2016. C'est un grand moment pour nous, en famille. Bien sûr, nous nous rendons parfois fous, comme n'importe quelle famille (rires). Mais honnêtement, nous sommes en bonne santé, nos amis et notre famille n'ont pas eu le virus, ce qui est important pour nous. Et nous allons bien malgré les circonstances (...)»

Jérémy Santallo

Créé: 23.05.2020, 21h13

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.