Vendredi 15 novembre 2019 | Dernière mise à jour 00:00

Tennis «Je ne sais pas comment fait Roger avec quatre enfants»

Avant de le défier sur le court de l’O2 Arena, Novak Djokovic a loué les qualités de papa Federer. «Moi je galère avec deux.»

«Trouver un équilibre au niveau familial? Un immense effort» pour Novak Djokovic.

«Trouver un équilibre au niveau familial? Un immense effort» pour Novak Djokovic. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Balade en bateau, traditionnel selfie de groupe et amabilités devant les micros, le Masters débute toujours comme dans un «members’ club»: entre gentlemen. Et à ce petit jeu, c’est Novak Djokovic qui a marqué les premiers points vendredi; en louant les qualités de père de Roger Federer. La question ne portait pourtant ni sur la vie de famille ni sur les moments de repos. Elle sondait ce qu’une sixième saison terminée à la première place mondiale représenterait aux yeux du Serbe. Dépassé par Rafael Nadal à Bercy, «Nole» pourrait récupérer sa couronne pile au bon moment et égaler le recordman Pete Sampras avec six fins de saison au firmament (1993-1998).

«Terminer l’année numéro un, c’est l’une des plus belles consécrations dans notre sport, reconnaissait Djokovic vendredi. Je suis arrivé à un moment de ma carrière où ce genre de marques signifie beaucoup.» Une réponse honnête et logique… qui bifurqua d’un coup sur des considérations familiales. «Si je suis dans la position de pouvoir prétendre à cette place, c’est que je suis resté en forme toute la saison et que j’ai réussi à trouver un équilibre au niveau familial. C’est un immense effort, vous savez. Je ne sais pas comment Roger fait avec quatre enfants, moi je galère avec deux.» Et le Serbe d’ajouter dans un élan de sincérité. «On adore tous tellement le tennis que nous avons en quelque sorte donné notre vie à ce sport. Mais il faut trouver une forme d’équilibre avec la vie hors terrain.»

Assis à côté de lui – les conférences de presse ont été menées par groupe - Roger Federer ne pouvait qu’acquiescer. Il venait d’expliquer longuement la raison de son renoncement à l’ATP Cup, début janvier. «Quand j’ai compris que Stan ne la jouait pas et que ma famille ne voyagerait pas si tôt en Australie, j’ai décidé que ce serait plus raisonnable de rester un peu plus longtemps à domicile et garder mon énergie pour l’Open d’Australie. Le premier but est toujours de faire bouger les enfants le moins possible. Donc je rentrerai deux semaines à Dubaï entre l’exhibition en Chine (27 décembre) et Melbourne.» Une question d’équilibre.

Mathieu Aeschmann, Londres

Créé: 09.11.2019, 12h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.