Vendredi 13 décembre 2019 | Dernière mise à jour 06:36

TENNIS Stan Wawrinka: «Je suis zen»

Ni son passage à vide, ni son nouveau contrat à huit chiffres ne semblent perturber le Vaudois, explosif pendant deux sets face à Thomaz Bellucci.

Stan Wawrinka: «Je savais qu’au pire, je gagnais en cinq sets, à l’usure.»

Stan Wawrinka: «Je savais qu’au pire, je gagnais en cinq sets, à l’usure.» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il était minuit trente heure de New York lorsque, dans une ambiance de fin de banquet, Stan Wawrinka a serré la main de Thomaz Bellucci (6-3 6-4 3-6 7-6). «A quelques points près, j’aurais pu prolonger la soirée», rigole à moitié le Vaudois.

Une heure avait suffi à expédier les deux premiers sets, en rythme et en puissance, avec une force de frappe impressionnante. «Je prenais la balle tôt, j’étais explosif, je bougeais bien, tout marchait comme je voulais. Puis j’ai commencé à prêter attention à ce que Bellucci faisait, plutôt que de rester concentré sur ce que j’avais à faire. C’est devenu un peu n’importe quoi. Mais j’ai senti que j’étais plus fort et, peu à peu, je suis revenu aux bases, j’ai repris ma domination. Je savais qu’au pire, je gagnais en cinq sets, à l’usure.»

Son moment d’égarement n’inquiète pas Wawrinka. «J’ai commis une erreur que j’ai parfaitement identifiée. J’en apprendrai quelque chose. Globalement, mon niveau de jeu était nettement meilleur qu’au premier tour. Tout va bien, je suis zen.»

Pas forcément les mêmes chiffres...

La reconduction de son contrat avec Yonex, pour un montant estimé à 20 millions de dollars sur quatre ans, ne semble pas l’émouvoir davantage. «J’avais déjà un bon contrat. Nous l’avons logiquement renouvelé sur des bases plus élevées, mais pas forcément sur les chiffres que j’ai lu.»

Il était 1 h 30 du matin à New York lorsque Stan Wawrinka a clos la conférence de presse, dans un stade désert. «L’ambiance, ce soir, était à nouveau très électrique, très bruyante. Les gens déambulent même pendant les échanges. Je soupçonne que certains étaient bourrés, à entendre leurs cris. Mais ce n’est pas un problème, c’est New York.»

Il suffit de rester zen.

Créé: 28.08.2014, 08h43

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.