Dimanche 18 novembre 2018 | Dernière mise à jour 21:35

Tennis Et si la Suisse bouffait enfin du Viking?

On peut penser que ce barrage de Coupe Davis, dès vendredi à Bienne, ne sert à rien. Archi-faux: voilà enfin l’occasion de panser les rudes plaies essuyées en 2018. Conclusion? Tous à Bienne!

Sous l'oeil de Severin Lüthi (à dr.), Luca Margaroli, Sandro Ehrat et Henri Laaksonen (de g. à dr.).

Sous l'oeil de Severin Lüthi (à dr.), Luca Margaroli, Sandro Ehrat et Henri Laaksonen (de g. à dr.). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quoi?!? Vous n’abordez pas ce Suisse-Suède la bave aux lèvres et le couteau entre les dents?!? Vous avez prévu autre chose entre vendredi et dimanche que vous enfermer à Bienne ou ne pas décoller de la télé, sous prétexte qu’il va faire beau dehors et que c’est la pleine saison des champignons?!? N’importe quoi… D’accord, ce barrage de Coupe Davis entre les Helvètes d’Henri Laaksonen et les Vikings de Markus Eriksson (ATP 455, ce qui est quand même vachement mieux que son coéquipier Jonathan Mridha, matricule 1094) n’a pas, sur le papier, de quoi faire trembler les murs du Panthéon tennistique. Mais il pèse bien plus lourd que ça encore, puisqu’on touche à des concepts aussi capitaux que l’honneur et l’identité.

Les Suédois, ce sont pour rappel ces types qu’environ 92,7% de la population américaine confondent avec nous, les Confédérés. Pire que ça: les Suédois, ce sont ces gaillards qui, non contents de priver la Suisse du graal en finale des Mondiaux de hockey sur glace ce printemps, ont ensuite pris un cruel plaisir à éliminer la sélection de Vladimir Petkovic en huitième de finale de la Coupe du monde de foot. Ça ne vous inspire rien, ni sentiment de révolte, ni soif de vengeance?!?

On peut considérer à juste titre qu’un triomphe du Zurichois Marc-Andrea Hüsler (qui ça?) et ses potes, ce week-end à Bienne, équivaudrait, en termes de réconfort, à verser une goutte de mercurochrome sur un cœur deux fois arraché. Mais on peut aussi partir du principe, au-delà des peines passées, qu’il n’y a pas de mauvaise occasion de prendre sa revanche sur la Suède – surtout quand on a perdu six rencontres de Coupe Davis sur six disputées dans l’histoire. Bref, la Suisse a une occasion en or de couler enfin des Vikings par le fond; et d’éclairer enfin les 92,7% de la population américaine sur la différence qu’il peut y avoir entre un hareng à l’huile et un vrai gruyères.

Pour toutes ces raisons, auxquelles on ajoutera l’adieu à la vraie Coupe Davis (snif) et l’hommage qui sera rendu samedi au vaillant retraité Marco Chiudinelli (snif bis), vraiment, on ne comprendrait pas que le peuple helvétique ne se mobilise pas comme un seul homme derrière la Securitas Swiss Team de Severin Lüthi. Que ce soit dans la halle biennoise (il paraît qu’il reste des billets…) ou sur un canapé. C’est juste une question de fierté.

(nxp)

Créé: 13.09.2018, 20h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.