Lundi 24 février 2020 | Dernière mise à jour 13:05

TENNIS Un super Wawrinka domine Nadal en deux sets

Le Vaudois s'est imposé 7-6 (9/7) 6-2 face à l'Espagnol en quarts de finale du Masters 1000 de Rome. Il affrontera Roger Federer en demi-finales.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Eblouissant, Stan Wawrinka (ATP 9) s'est offert pour la deuxième fois de suite le scalp de Rafael Nadal (ATP 7). Un an après sa victoire en finale de l'Open d'Australie, le Vaudois s'est imposé 7-6 (9/7) 6-2 face à l'Espagnol, s'offrant une demi-finale contre Roger Federer, samedi, au Masters 1000 de Rome.

Il n'y a pas vraiment de secret pour battre Nadal sur "sa" terre. Service infaillible, placement idéal, frappe à hauteur d'épaule, dans le bon rythme et à pleine puissance, sans aucune marge de sécurité: bref, la perfection à tous les étages. Alors bien sûr, devant une telle exigence, impossible de ne pas avoir un peu de déchet dans son jeu. Wawrinka en a eu. Mais un peu seulement, rien qu'un peu.

Car le Vaudois, dans la nuit romaine, a sans doute livré une des plus belles prestations de sa carrière au cours de ce qui demeure, même si le costume d'épouvantail du Majorquin est un tantinet élimé actuellement, l'un des défis ultimes du tennis. Wawrinka a refusé de reculer sous les coups de boutoir adverses. Mieux que cela même, il a avancé, il s'est battu pour être le patron du Foro Italico. Et, bien souvent, il l'a été.

Force de caractère

Il en fallait de la force de caractère pour recoller deux fois au score juste après avoir été breaké dans le premier set (à 0-1 et 3-4)... De la force de caractère et, bien entendu, un talent phénoménal. Tout comme lorsque, mené 6-2 dans le tie-break de la première manche, "Stanimal" a effacé quatre balles de set - et de quelle manière! - pour réaliser un come-back que personne ne croyait possible. A ce moment précis, comme lors de son épopée victorieuse à Melbourne en 2014, le Vaudois s'est élevé au rang des meilleurs joueurs qu'ait jamais connus le tennis.

Le mal-être et les doutes qui l'ont habité ces derniers mois visiblement balayés, Wawrinka ne s'est pas arrêté en si bon chemin. Réussissant à contenir le terrible et coutumier retour de flamme d'un Nadal remonté à bloc, il a continué à faire jeu égal, à répondre à la violence du spin adverse par la foudroyance de ses frappes à plat. Un duel de costauds. Une guerre de brutes. Un spectacle à couper le souffle.

Le retour gagnant du no 9 mondial pour ravir le service adverse dans la seconde manche et mener 2-1 le fut tout autant. Un avantage auquel Wawrinka allait s'accrocher de toutes ses forces. Jusqu'au bout, jusque vers une autre demi-finale face à Roger Federer samedi, six mois jour pour jour après celle du Masters de Londres remportée par le Bâlois sur fond de "Mirkagate". (SI/Le Matin)

Créé: 15.05.2015, 21h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.