Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 17:25

Londres 2012 Wawrinka: «Ce moment va être fabuleux»

Le tennisman vaudois ne cache pas son excitation à l’idée de porter le drapeau suisse ce soir lors de la cérémonie d'ouverture.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Londres va offrir à Stanislas Wawrinka le week-end le plus fou de sa carrière. Une cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques durant laquelle il guidera les athlètes suisses, suivie de son premier match sur le court central de Wimbledon contre Andy Murray, No 4 mondial et idole du peuple britannique.

«Forcément, je dois me concentrer sur le tournoi. Mais j’ai aussi envie de profiter de tout ce qui se passe, de tous ces moments uniques et, surtout, de la cérémonie d’ouverture», dit-il.

Le Vaudois a pris possession samedi soir de sa maison londonienne, située loin du village olympique mais à deux pas des terrains de Wimbledon. Dimanche, il apprenait de la voix du chef de la délégation helvétique qu’il en serait le porte-drapeau. «Un champion olympique, une belle personnalité, souligne Gian Gilli. Stan est la personne parfaite pour endosser cette mission et représenter la Suisse.» Stanislas Wawrinka sourit. Et se confie.

PORTE-DRAPEAU

«Je suis très, très, très, très, très content. Je pense que ce moment va être fabuleux.»

«Me retrouver en tête de la délégation pour la cérémonie d’ouverture des JO, c’est une immense fierté, le plus grand des honneurs. Cela signifie que les dirigeants de Swiss Olympic me font confiance, ils m’ont choisi parmi beaucoup d’autres sportifs qui mériteraient d’être à cette place. Bien sûr Roger (Federer) le mérite devant tout le monde. Il est le plus grand tennisman de tous les temps, en plus il vient de regagner un Grand Chelem (ndlr: à Wimbledon, où se dispute le tournoi olympique), de redevenir No 1 mondial. Il fait exploser tous les records. Il risque probablement d’être le plus grand athlète de tous les temps. Donc personne ne mériterait plus que lui. Qu’il ait choisi de donner la chance à quelqu’un d’autre de porter le drapeau, c’est lui tout craché! C’est sa classe. Quand il a appris que ce serait moi, il a été le premier à s’en réjouir. Voilà, je suis le porte-drapeau, c’est une opportunité unique que je vais honorer au mieux. J’ai dit au chef de délégation que je pouvais même faire quelques lancers – j’ai appris l’été dernier, je me débrouille pas mal (il rit) – mais je crois que ce drapeau sera un peu trop grand pour ce genre d’acrobaties.»

MURRAY, D’ENTRÉE

«Affronter Andy au premier tour, je ne vois pas ça comme un mauvais tirage mais un beau challenge. Très compliqué, mais ça ne me déplaît pas.»

«Avec Andy, on se connaît bien, on s’entraîne souvent ensemble. D’ailleurs, nous avons fait deux séances ensemble cette semaine. Et chaque fois qu’on s’est joués, ça a toujours donné des matches très accrochés. Comme lors de notre dernière rencontre, ici à Wimbledon, en 2009. L’un de mes plus grands matches en Grand Chelem, surtout sur gazon. Sous le toit, nous avions fini supertard. Et malgré la défaite, ce fut pour moi une très belle expérience. Donc je me réjouis de ce premier tour.»

MÉDAILLE D’OR

«Ma médaille de Pékin est dans un endroit sûr, mais où je peux la voir quand je veux.»

«Bon, je vous rassure, je ne la regarde pas tout le temps. Je l’ai ressortie ces derniers temps pour faire quelques trucs avec les médias ou la montrer à des connaissances qui voulaient la voir. Par contre, je ne l’ai pas prise à Londres comme porte-bonheur, parce que c’est du passé, c’est fait. Ce sont de nouveaux Jeux olympiques, une nouvelle expérience. Mais cette médaille est acquise, elle est à moi. Ce sont tous les moments que l’on a vécus pendant ces JO 2008 qui font d’elle quelque chose d’incroyable. Elle matérialise des souvenirs énormes. Vivre la victoire en double, avec Roger, a été fabuleux car, pour la première fois, je pouvais partager des émotions sur le terrain. Pour Rog’, c’était pareil. Ensemble, nous savons que nous avons tout en main pour gagner de nouveau, mais nous ne sommes pas les seuls… Ce ne sera pas facile.»

COLOCATION LONDONIENNE

«La colocation, selon avec qui tu es, ce n’est pas forcément évident. Mais là, c’est parfait!»

«Steph, Seve (ndlr: le physio Stéphane Falchi et Severin Lüthi, capitaine de l’équipe suisse de Coupe Davis et coach de Federer) et moi avons la chance de nous connaître et de nous entendre superbien. Et on est respectueux les uns envers les autres. Moi, j’adore cuisiner, de tout, et Steph cuisine très bien aussi, alors on se partage la tâche en fonction de l’humeur du jour. Et Severin fait… le reste! C’est une chance qu’il soit avec moi, qu’on s’entraîne ensemble, qu’il me suive; on bosse bien tous les deux. Et puis, à Pékin, nous avons passé les dix?jours au village olympique ensemble. Ce sont les meilleurs moments de ma vie de tennisman. C’était incroyable. Inimaginable! Alors c’est sympa de se retrouver à Londres. D’un côté, j’aurais bien aimé rester au village, cette année, mais en même temps, ici, à la maison, on est à l’aise, au calme. On se marre bien. On vit, on profite vraiment de pouvoir refaire des Jeux olympiques. C’est une chance qui n’est pas donnée à tout le monde.» (Le Matin)

Créé: 27.07.2012, 10h18

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.