Jeudi 15 novembre 2018 | Dernière mise à jour 11:32

Football Valence-YB: on a aimé, on a moins aimé

Young Boys s’est incliné 3-1 à Valence, mais s’est montré à la hauteur de l’affiche, y compris ses supporters, parqués tout en haut du stade Mestalla.

Les joueurs de YB à la fin du match à Valence, mercredi soir.

Les joueurs de YB à la fin du match à Valence, mercredi soir. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a eu du bon et du moins bon dans ce nouveau déplacement européen de Young Boys. Le champion de Suisse continue son apprentissage du très haut niveau. Ce sera trop court pour cette édition de la Champions League, mais l’expérience engrangée risque d’être très utile dans un avenir proche.

On a aimé

Les 1200 supporters d’YB

Ils avaient déjà été très bons à Turin, tout comme à domicile face à Manchester United et Valence. Les fans d’YB ont de nouveau livré une belle performance, tout en haut du stade Mestalla, plus près du ciel que du terrain. Ils étaient 1200, un nombre appréciable, et ils ont fait honneur à la scène ultra suisse de par leurs performances vocales. Cette campagne européenne a permis de faire connaître les fans d’YB et sans doute d’en recruter aussi de nouveau. Tant mieux, parce que le club bernois partait de très loin à ce niveau, y compris sur la scène suisse. Ils ont bien mérité leur voyage à Old Trafford, où ils devront être à la hauteur des supporters du FC Bâle la saison dernière. Il y a une année, la Muttenzerkurve avait été très bruyante et avait complètement éteint les 75'000 supporters-spectateurs des Red Devils, bien silencieux malgré la victoire 3-0 des leurs.

L’audace de Gerardo Seoane

Bravo monsieur! Un 4-4-2 avec quatre joueurs ultra-offensifs, des schémas rodés, Jean-Pierre Nsamé qui entre dès l’heure de jeu, un état d’esprit volontaire: Gerardo Seoane a pris de nombreux risques ce mercredi, utilisant tout simplement au mieux les qualités de son équipe. Il en sera récompensé sur le long terme.

Roger Assalé, tout simplement

L’attaquant de 24 ans est annoncé partant à chaque mercato, ou quasiment, et il a encore marqué des points mercredi soir en vue d'un transfert prestigieux. Comme d’habitude très mobile et très déterminé, il a créé des misères à la défense espagnole par sa vivacité et son sens du dribble. Il a marqué un joli but et sans doute convaincu encore un peu plus les recruteurs européens de sa capacité à briller à haut niveau. Car si être décisif en Super League est une chose, l’être en Champions League en est une autre, bien plus compliquée. Partira-t-il dès cet hiver, alors qu’YB sera très probablement éliminé de toutes les compétitions européennes? Pas impossible, même si on aimerait pour la Super League qu’il reste en Suisse le plus longtemps possible.

Le stade Mestalla en plein centre-ville

A trois arrêts de métro de la mer, à deux du centre-ville, voilà le stade Mestalla et ses 55'000 places, en plein milieu d’un quartier résidentiel. Quel bonheur de pouvoir aller au stade à pied, en sortant du boulot ou après une session «bières-tapas» dans l’un des dizaines de troquets qui se trouvent juste autour de l’arène! On n’en peut tellement plus de ces nouveaux stades en pleine zone industrielle, coincés entre une autoroute et rien, comme à Lyon, Nice ou Lille… Si le football espagnol est toujours aussi populaire, sa proximité avec les spectateurs y est pour beaucoup. Et par «proximité», on inclut l’aspect purement géographique. Le «Nou Mestalla», toujours pas fini et dont l’inauguration sans cesse repoussée est désormais prévue pour 2021, ne sera pas non plus très loin du centre-ville. Il n’aura pas la même classe que l’actuel, absolument sensationnel avec ses tribunes ultra-pentues, mais il est au moins bien situé. En espérant que ses concepteurs lui aient accordé un peu plus de charme que le nouveau stade aseptisé de l’Atletico Madrid, aussi moderne que fonctionnel et sans âme.

On a moins aimé

L’horaire du match

Plusieurs milliers de places vides au coup d’envoi et un stade qui se remplit petit à petit, jusqu’à devenir bien garni en deuxième période: les Espagnols, à 18h55, se trouvent à peu près en plein milieu de l’après-midi, si bien que ce nouveau coup d’envoi imaginé par l’UEFA est une hérésie. Si la Champions League veut continuer à produire de «grandes nuits européennes», comme elle le fait encore pour l’instant, il serait bon qu’elle se penche sur une révision de cet horaire. Pas de problème pour les matches en Russie, avec le décalage, mais un coup d’envoi à 18h55 en semaine en Europe centrale ou de l’ouest est une hérésie, qui risque à terme de dévaloriser le «produit» Champions League. Cet horaire avantage les télévisions? Bien sûr, mais les images d’un stade à moitié vide ne sont bonnes pour personne, ni pour les clubs, ni pour les diffuseurs. Et encore moins pour la ferveur populaire, si tant est que ce concept a encore un sens pour les décideurs.

La performance de Steve von Bergen

On aime tellement le Neuchâtelois que ça nous fait mal d’écrire ces lignes, mais la vérité est qu’il a été dépassé par la vitesse et la vista des attaquants valenciens mercredi soir. Le patron de la défense d’YB a été à la peine notamment sur les actions des deux premiers buts, mais aussi dans l’anticipation tout le reste de la partie. Son placement, qui est d’habitude son point fort, ne lui a pas permis cette fois de compenser ses faiblesses dans la mobilité. YB n’a pas concédé tellement d’occasions, au final, mais il aurait fallu être plus strict en défense pour espérer ramener quelque chose de Mestalla. Mais attention: Steve von Bergen n’est de loin pas le seul cadre à avoir failli ce mercredi. Guillaume Hoarau et Kevin Mbabu peuvent aussi s’interroger sur leur performance.

L’arbitrage de M. Istvan Kovacs

Bof. Le Roumain au nom hongrois a livré une toute petite performance ce mercredi. En première période, il a réussi l’exploit d’énerver les deux équipes, supporters compris, en sifflant à l’envers sur quasiment chaque action. Dépassé par les événements, il a commencé à sortir énormément de cartons, alors que sa ligne de tout début de match suggérait plutôt le contraire. Il n’est en aucun cas responsable de la défaite d’YB et n’a donc pas faussé le résultat du match, mais il a contribué à entretenir un climat délétère avec ses interventions et ses cartons aléatoires. Le genre d’arbitre qui ne fait pas du bien au football, en tout cas sur ce match.

Les trois buts inscrits par Valence

YB avait un vrai coup à jouer à Mestalla face à un Valencia CF en crise sur le plan offensif. Avec sept buts inscrits en onze matches de Liga, le club espagnol avait de gros problèmes en attaque et il est d’autant plus frustrant pour Young Boys d’avoir été la première équipe de toute la saison à encaisser trois buts face à Santi Mina et ses coéquipiers. Evidemment, ce constat illustre toute la différence de niveau entre la Liga et la Super League, puisque le 11e espagnol découpe sans trop trembler le leader incontesté du championnat de Suisse. Il nous reste quand même un sale goût de frustration en revoyant les trois buts de Valence, tant ils apparaissaient évitables sans ces erreurs défensives, les fameuses qui ne pardonnent pas au haut niveau.

(nxp)

Créé: 08.11.2018, 13h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.