Commentaire - 13 juin: une apre bataille entre ville et campagne

Publié

Commentaire13 juin: une âpre bataille entre ville et campagne

Soutenues par la population urbaine verte et rejetées dans les campagnes, les initiatives sur les pesticides et la loi sur le CO₂ ont un sort commun. Mais la dernière a une meilleure chance.

par
Eric Felley
En soutenant les deux initiatives et la loi sur le CO₂, la population des villes envoie un message clair aux paysans.

En soutenant les deux initiatives et la loi sur le CO₂, la population des villes envoie un message clair aux paysans.

Getty Images

La Suisse verte des villes va-t-elle expliquer à la Suisse verte des campagnes comment elle va devoir cultiver ses champs? C’est la question qui ressort des premiers sondages Tamedia sur les votations du 13 juin. Certes, il faut les prendre avec beaucoup de prudence. Les initiatives, en général, partent fort dans l’opinion, puis perdent leur capital de sympathie, au fur et à mesure de la campagne et des coups de boutoir des opposants.

Avec 54% et 53% d’avis favorables, les deux textes qui visent l’utilisation des pesticides de synthèse en Suisse ne sont pas à l’abri de ce phénomène, ces prochaines semaines. Cependant, il ne faut pas s’attendre, non plus, à ce que les gens changent d’avis comme de chemise sur un sujet où les convictions sont fortes. Le sondage confirme surtout une Suisse divisée. D’un côté, les agriculteurs traditionnels ou conventionnels soutenus par l’agrochimie et les partis bourgeois. De l’autre, une paysannerie bio minoritaire, des écologistes et des consommateurs citadins qui veulent des produits «propres». Le thème est depuis longtemps débattu sur la place publique et chacun a pu se forger une opinion solide. Mais les camps sont proches et un renversement est possible.

Sauvée par la majorité des cantons

La loi sur le CO₂ obtient exactement le même résultat que les initiatives avec 54% d’avis favorables. C’est peu pour une loi qui est défendue par tous les partis, sauf l’UDC. Le sondage montre que les sympathisants de droite du PLR ou du Centre sont moins convaincus par les taxes vertes que leurs élus à Berne. Ces trois objets concernant l’environnement semblent dorénavant liés par un sort commun. En tout cas, ils provoquent le même clivage entre les villes et les campagnes. Les trois font plus de 65% d’avis favorables, en milieu urbain, et sont rejetés, dans les régions rurales, par environ 55% des gens. Soit vingt points d’écart.

La Suisse verte des campagnes reste, toutefois, protégées par la Constitution. Les deux initiatives ont besoin de la majorité des cantons pour passer. Ici, on risque fort de rejouer le scénario de novembre dernier, avec le texte sur les multinationales responsables acceptées par le peuple à 50,7%, mais rejetées par 12 cantons et 5 demi-cantons. La loi sur le CO₂, attaquée par un référendum, a plus de chances, car elle n’a pas besoin de la double majorité. Celle du peuple suffit.

Ton opinion

147 commentaires