Éthiopie - 152 camions d’aide humanitaire sont arrivés au Tigré en deux jours
Publié

Éthiopie152 camions d’aide humanitaire sont arrivés au Tigré en deux jours

Les efforts se poursuivent «pour mieux coordonner et faciliter le déplacement de l’aide humanitaire» vers le Tigré. En une semaine, près de 500 camions d’aide humanitaire ont atteint la région.

L’ONU estime que des millions de personnes sont menacées par la famine.

L’ONU estime que des millions de personnes sont menacées par la famine.

AFP

Plus de 150 camions d’aide humanitaire sont parvenus ces deux derniers jours dans la région éthiopienne du Tigré, où, selon l’ONU, des millions de personnes sont menacées de famine, ont annoncé samedi les autorités éthiopiennes.

Depuis une semaine, les autorités éthiopiennes ont déployé des efforts «pour mieux coordonner et faciliter le déplacement de l’aide humanitaire» vers le Tigré, a indiqué le ministère éthiopien de la Paix. Environ 500 camions sont parvenus au Tigré depuis une semaine, dont 152 ces deux derniers jours, a précisé le ministère dans un communiqué publié sur Twitter.

Selon les estimations, 5,2 millions de personnes, soit 90% de la population du Tigré, ont besoin d’une aide urgente, dont 400’000 sont déjà confrontées à des conditions proches de la famine.

«Catastrophe imminente»

Le coordinateur humanitaire par intérim des Nations Unies pour l’Éthiopie, Grant Leaity, avait prévenu jeudi que la situation allait «s’aggraver de façon dramatique» et a appelé toutes les parties à permettre l’acheminement de l’aide «afin d’éviter cette catastrophe imminente».

Des millions de personnes sont menacées de famine, dont 1,7 million de personnes dans les régions d’Afar et d’Amhara, a-t-il ajouté, précisant que «les stocks d’aide humanitaire, d’argent liquide et de carburant sont très bas ou complètement épuisés».

L’Union africaine, dont le siège est à Addis Abeba, a également exhorté vendredi le gouvernement éthiopien à faire davantage pour prévenir la famine dans la région ravagée par dix mois de conflit.

Plus de dix mois de conflit

En novembre 2020, le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a envoyé l’armée au Tigré pour destituer les autorités régionales issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), en réponse, selon lui, à des attaques contre des camps militaires fédéraux orchestrées par le TPLF.

Le Prix Nobel de la paix 2019 avait annoncé une victoire rapide mais le conflit s’est enlisé et élargi aux régions voisines d’Afar et d’Amhara, plongeant la région dans une grave crise humanitaire. Les autorités éthiopiennes et les rebelles tigréens se sont accusés mutuellement d’entraver les convois humanitaires qui tentent d’atteindre le Tigré.

Version originale publiée sur 20min.ch

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire