30 ans de réclusion pour avoir poussé sa maîtresse du haut d’un col
Publié

Savoie30 ans de réclusion pour avoir poussé sa maîtresse du haut d’un col

Un ancien militaire a été reconnu coupable de l’assassinat de sa maîtresse. La thèse de la préméditation a été retenue.

par
JChC
Le col de la Chambotte, en Savoie, surplombe la lac du Bourget.

Le col de la Chambotte, en Savoie, surplombe la lac du Bourget.

dr

Un ancien militaire était jugé depuis lundi dernier par la Cour d’assises de Savoie pour avoir poussé sa maîtresse du haut d’un col en Savoie.

Le verdict est tombé mercredi. Il est lourd: 30 ans de réclusion criminelle assortie d’une peine de sûreté de 20 ans. L’homme, âgé de 42 ans, répondait pour des faits qui remontent à juillet 2018. Le corps d’une jeune femme, une cheffe de rang âgée de 27 ans, avait été retrouvé sur la route 30 mètres en contrebas d’une falaise proche du col de la Chambotte en Savoie. Sa voiture était garée près du sommet.

Les gendarmes ont d’abord privilégié la thèse du suicide, mais un témoignage et les conclusions de l’autopsie – des traces de chaussures sur la victime au niveau de la tête, du cou et du dos ont été relevées – ont fait pencher l’enquête vers un acte volontaire.

Identifié, Yann Bouvier-Rolland est passé aux aveux en août 2018. «Pas un mot de remords, pas d’empathie pour la victime, c’est quelqu’un qui est resté froid du début à la fin de l’audience. Je ne vois pas comment il pouvait espérer que la Cour d’assises rende un verdict autre», a déclaré l’avocat des parties civiles.

Les jurés ont finalement retenu la thèse de la préméditation, contestée par la défense, rapporte franceinfo.

Votre opinion