Présidentielle française – 467’000 inscrits pour la «primaire populaire», Le Pen contre-attaque
Publié

Présidentielle française467’000 inscrits pour la «primaire populaire», Le Pen contre-attaque

Tandis que la primaire de la gauche prend forme, la bataille à l’extrême droite entre Éric Zemmour et Marine Le Pen continue.

Marine Le Pen le 18 janvier 2022.

Marine Le Pen le 18 janvier 2022.

AFP

La «primaire populaire», l’un des symptômes des difficultés de la gauche dans la campagne présidentielle, a pris forme dimanche, avec un total de 467’000 inscrits, à l’orée d’une semaine qui verra tous les candidats lancer concrètement leur course aux parrainages.

A onze semaines exactement du premier tour, et à défaut de grands meetings, Yannick Jadot (EELV), Jean-Luc Mélenchon (LFI), Fabien Roussel (PCF), Valérie Pécresse (LR), Éric Zemmour (Reconquête) et Marine Le Pen (RN) sont intervenus sur les divers plateaux radio et télé tout au long de la journée.

En meeting samedi à Cannes devant 4000 personnes, Éric Zemmour a mis en valeur sa dernière recrue en provenance du Rassemblement national, l’eurodéputé Gilbert Collard. L’arrivée de cet avocat médiatique de 73 ans, qui était relativement marginalisé au RN, nourrit le discours du candidat Zemmour sur l’union du «peuple de droite» que, selon lui, il serait le seul à pouvoir réaliser et qui serait la clé d’un pouvoir qui s’est jusqu’à présent refusé à Marine Le Pen.

Primaire disqualifiée

Marine Le Pen a répondu vivement à l’initiative, fustigeant «une dérive du mercenariat» lors de Dimanche en politique sur France 3. «Pour des gens qui vous expliquent toute la journée qu’ils vont sauver la France, ne pas être capable de décrocher son téléphone pour dire à la personne qui vous a fait élire, +j’ai pris la décision d’aller chez un concurrent+ en pleine campagne présidentielle de surcroît, c’est vraiment déplorable», a-t-elle ajouté, appelant Gilbert Collard à démissionner de son mandat parlementaire. Marine Le Pen se dit par ailleurs persuadée que «le rôle d’Éric Zemmour est de m’empêcher d’arriver au second tour et non pas d’être au second tour lui-même».

A gauche, la «primaire populaire», disqualifiée par les principaux candidats de gauche qu’elle entend départager, a revendiqué dimanche soir un total de 467’000 inscrits. Ils seront invités à voter du 27 au 30 janvier pour désigner, parmi sept personnalités de la gauche, celle qui sera soutenue. Ce chiffre est nettement supérieur à ceux de la primaire écologiste de septembre (122’000 inscrits) et au congrès des Républicains début décembre (près de 140’000).

Mais trois des sept candidats -Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot et la socialiste Anne Hidalgo- ont refusé par avance de reconnaître le résultat du vote, et se retrouvent impliqués dans le scrutin malgré eux. Ils ont chacun demandé que leurs noms soient retirés de la liste des candidats. L’ancienne garde des Sceaux Christiane Taubira, déclarée candidate il y a seulement une semaine, et trois candidats de moindre envergure ont quant à eux promis de se plier aux résultats.

Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria samedi pour Le Monde, la Fondation Jean Jaurès et le Cevipof, la gauche serait laminée le 10 avril avec Jean-Luc Mélenchon à 8%, Yannick Jadot à 7%, Christiane Taubira à 5% et Anne Hidalgo à 3,5%.

Secret de polichinelle

D’après la même enquête, le sortant Emmanuel Macron continue de dominer les intentions de vote. Il arriverait largement en tête du premier tour avec 25%, devant Valérie Pécresse (LR) et Marine Le Pen (RN) à égalité à 15,5%. Au second tour, Emmanuel Macron obtiendrait 54% des voix face à Valérie Pécresse (46%), et 57% contre Marine Le Pen (43%).

Emmanuel Macron passera lundi et mardi deux jours dans le Limousin afin de présenter son bilan sur des sujets comme les zones blanches, le retour des services publics ou les déserts médicaux, tous des points sensibles dans le monde rural à l’approche de la présidentielle. A en croire un proche, il ne devrait pas, en revanche, lever officiellement à cette occasion le secret de polichinelle de sa candidature.

Enfin, pour tous les candidats la semaine qui s’ouvre devrait être celle du coup d’envoi réel de leur quête de parrainages, avec la publication attendue mercredi du décret de convocation des électeurs pour les deux tours des 10 et 24 avril.

A chaque élection présidentielle, la chasse aux 500 signatures d’élus nécessaires pour concourir est ardue pour la majorité des candidats, fortement consommatrice du temps des militants, et parfois indécise jusqu’à la date limite, fixée cette année par le Conseil constitutionnel au 4 mars à 18h00 précises. Éric Zemmour, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont notamment fait état de leurs difficultés à obtenir leurs parrainages.

(AFP)

Votre opinion

5 commentaires