Guatemala – Cinq ex-paramilitaires condamnés pour les viols de femmes autochtones
Publié

GuatemalaCinq ex-paramilitaires condamnés pour les viols de femmes autochtones

Les victimes, de l’ethnie achi, avaient été violées à plusieurs reprises dans les années 1980.

Avant le prononcé de la sentence les victimes, assistées par des militantes, ont accompli un rituel près du palais de justice, dans le centre historique de la ville de Guatemala.

Avant le prononcé de la sentence les victimes, assistées par des militantes, ont accompli un rituel près du palais de justice, dans le centre historique de la ville de Guatemala.

AFP

Cinq anciens paramilitaires guatémaltèques ont été condamnés lundi à 30 ans de prison chacun pour les viols de femmes autochtones dans les années 1980, durant la guerre civile. Les actes reprochés aux accusés sont constitutifs de crimes contre l’humanité, a déclaré le juge Gervi, du tribunal de la capitale Guatemala qui a prononcé le verdict.

«Nous, les juges, nous croyons absolument les témoignages des femmes qui ont été violées», a souligné le magistrat en lisant le jugement contre les cinq anciens membres des Patrouilles d’Autodéfense Civile, des milices créées par l’armée guatémaltèque.

Les condamnés sont les frères Benvenuto et Bernardo Ruiz, âgés de 63 et 57 ans, et trois hommes de la famille Cuxum: Damian (67 ans), Gabriel (60 ans) et Francisco (66 ans). Les cinq hommes ont écouté le verdict en visioconférence depuis la prison d’une caserne de la capitale où ils sont détenus.

10 ans après les plaintes

Les victimes, de l’ethnie achi, ont été violées à plusieurs reprises dans leur village de Rabinal ainsi que dans un poste militaire situé dans cette communauté maya à environ 175 km au nord de la capitale.

Le procès s’est tenu une décennie après le dépôt des plaintes. Avant le prononcé de la sentence les victimes, assistées par des militantes, ont accompli un rituel près du palais de justice, dans le centre historique de la ville de Guatemala.

«J’avais 19 ans quand j’ai été emmenée dans le poste (militaire) et que les militaires m’ont violée, mais les coupables ce sont les patrouilleurs de mon village», a déclaré à l’AFP Margarita Siana, 59 ans. «J’ai souffert beaucoup dans le poste militaire. C’était une grande douleur, une grande souffrance» pendant trois mois, a ajouté la femme, vêtue de son habit traditionnel, et le visage couvert par un masque sanitaire. «Cela nous fait toujours mal, nous ne disons pas des mensonges», a clamé Pedrina Lopez avant que les juges se retirent pour délibérer.

Non loin de là, dans l’enceinte du Palais de justice, des proches des accusés exigeaient leur libération en brandissant des pancartes proclamant que les témoignages étaient des «accusations mensongères».

C’est la deuxième fois qu’un tribunal guatémaltèque condamne les auteurs d’agressions sexuelles contre des autochtones durant la guerre civile: en février 2016, deux anciens militaires ont été condamnés à 240 et 120 années de prison pour avoir notamment réduit onze femmes autochtones en esclaves sexuelles.

Stratégie

«De nouveau il a été mis en évidence que la violence sexuelle durant le conflit armé intérieur a été utilisée comme stratégie par l’État guatémaltèque», a dénoncé Me Lucia Xiloj, l’une des avocates des victimes. Des chefs militaires impliqués dans les viols commis à Rabinal n’ont pas été jugés, a-t-elle déploré.

Le bureau au Guatemala du Haut-Commissariat de l’ONU pour les droits de l’homme, a salué sur Twitter le verdict qui «constitue une avancée emblématique pour l’accès aux droits à la vérité, la justice et la réparation des femmes victimes de violences sexuelles» durant la guerre civile.

La guerre civile au Guatemala a fait 200’000 morts et disparus, selon une Commission pour la Vérité qui a enquêté sur les atrocités commises durant le conflit, en majorité par les Forces armées.

(AFP)

Votre opinion