Actualisé

Suisse5G: pas d'adaptation des valeurs limites actuelles

Le groupe de travail créé pour faire le point sur la 5G n'arrive pas se mettre d'accord sur les valeurs limites. Mais il recommande d'intensifier les recherches sur les effets sur la santé.

Le rapport englobe pour la première fois tous les faits relatifs à la législation, à la technologie de téléphonie mobile, aux chiffres et aux effets sur la santé.

Les opérateurs de téléphonie mobile se félicitent des conclusions du rapport technique sur la 5G présenté jeudi. Ils estiment «réalistes» deux des options d'expansion pour les réseaux mobiles suisses. Les cantons attendaient plus du rapport, mais Simonetta Sommaruga les a rassurés la semaine passée.

Le rapport n'est pas satisfaisant dans le sens où il ne répond pas clairement aux questions sur les risques potentiels sur la santé, a déclaré Jacqueline de Quattro, vice-présidente de la Conférence des directeurs cantonaux de l'énergie jeudi soir au téléjournal. Les cantons et les communes ne sont guère plus avancés.

Propos rassurants

Faut-il ou non maintenir les moratoires sur les permis de construction de nouvelles installations? Les doutes devront être levés d'ici au printemps, quand doivent être introduites via la 5G les ondes millimétriques, celles qui risquent de nuire à la santé, selon Mme de Quattro. «Sans quoi il faut s'attendre à de gros problèmes», a prévenu la Vaudoise.

Cette dernière s'est toutefois dite «rassurée» par les propos tenus par Simonetta Sommaruga la semaine dernière devant la Conférence des directeurs cantonaux, a précisé Mme de Quattro. La conseillère fédérale a «promis aux cantons une aide à l'exécution au plus tard d'ici au début de l'année prochaine», a précisé la future ex-conseillère d'Etat au 19:30 de la RTS.

Opérateurs satisfaits

Les opérateurs n'ont apparemment pas la même lecture du rapport. Pour eux, la situation est désormais clarifiée et les doutes levés notamment du point de vue sanitaire.

Le rapport «confirme que rien n'empêche le déploiement de la 5G d'un point de vue sanitaire», écrivent Salt, Sunrise et Swisscom dans une prise de position publiée juste après la présentation du rapport. Tous les trois figuraient dans le groupe de travail «Téléphonie mobile et rayonnement».

«Le rapport fournit les faits pour prendre les décisions nécessaires afin de développer la 5G en Suisse de manière rapide, efficace, complète et compétitive sur le plan international», soulignent-ils. La branche de la téléphonie mobile «attend donc des cantons et des communes qu'ils traitent rapidement les demandes d'autorisation pour le déploiement de la 5G».

Elle invite par ailleurs le Conseil fédéral à «mettre en place de bonnes conditions-cadres dans l'intérêt de la population et de l'économie suisses et à prendre les mesures réglementaires nécessaires à l'extension des réseaux de téléphonie mobile».

Médecins inquiets

Egalement partie prenante du groupe de travail, les Médecins en faveur de l'environnement (MFE) dénoncent en revanche, eux, une augmentation «indirecte» et «larvée» de la valeur limite. «Le rapport sert-il uniquement à légitimer des valeurs limites plus élevées?», se demandent-ils dans un communiqué.

Et de refuser «tout assouplissement du niveau de protection». A la place, ils prônent le développement du réseau en fibres optiques.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!