Soudan: 6 blessés dans un camp de déplacés au Darfour
Publié

Soudan6 blessés dans un camp de déplacés au Darfour

Une attaque armée dans un camp de déplacés accueillant 100'000 personnes, a fait plusieurs blessés.

Le camp de Kalma, au Darfour, accueille 100'000 personnes déplacées. (Image d'archive - AFP Phot/UNAMID/Albert Gonzales Farran - mars 2014)

Le camp de Kalma, au Darfour, accueille 100'000 personnes déplacées. (Image d'archive - AFP Phot/UNAMID/Albert Gonzales Farran - mars 2014)

AFP

Des hommes armés à dos de chameau ont attaqué un camp de déplacés du Darfour, province du Soudan en proie à des troubles depuis des années, ont indiqué dimanche des habitants du camp. Six personnes ont été blessées.

Des sources au sein des Nations unies ont confirmé l'incident mais n'ont donné aucun détail. L'attaque s'est produite tard samedi dans le vaste camp de Kalma, situé dans le sud du Darfour.

Ce camp accueille 100'000 personnes déplacées par le conflit qui oppose des groupes rebelles à des combattants favorables au pouvoir central de Khartoum. Il est présenté comme étant un bastion des représentants des rebelles.

«Des miliciens à dos de chameau ont attaqué le camp et ont commencé à tirer (...) Six personnes ont été blessées», a indiqué par téléphone un des habitants de ce camp, Abdelrazi Mohamed.

Imprévisible

Jeudi, Aristide Nononsi, expert indépendant de l'ONU sur les droits de l'homme au Soudan, a estimé que «la situation sécuritaire au Darfour reste variable et imprévisible».

En 2003, des groupes armés issus de minorités ethniques ont estimé que leur région du Darfour était politiquement et économiquement marginalisée par Khartoum. Ils ont lancé une rébellion contre le président soudanais Omar el-Béchir.

Le conflit a fait 300'000 morts et quelque 2,5 millions de déplacés selon l'ONU.

Conflit non reglé

Omar el-Béchir fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et génocide au Darfour. Les violences se poursuivent dans cette province mais à une moindre échelle.

Le régime soudanais juge de son côté que le conflit est «terminé» après l'organisation d'un référendum, contesté et boycotté par l'opposition, sur le statut administratif de la province.

(ats)

Votre opinion