Jura: Flashé à 110km/h devant une école, il s'estime victime d'une loi «trop sévère»
Actualisé

JuraFlashé à 110km/h devant une école, il s'estime victime d'une loi «trop sévère»

Un conducteur a été condamné à un an de prison avec sursis pendant deux ans. Son recours a été rejeté.

par
lematin.ch
Une route d'évitement décharge les Émibois, mais la circulation traverse le village en direction des Breuleux.

Une route d'évitement décharge les Émibois, mais la circulation traverse le village en direction des Breuleux.

Google Street View

Rouler à 110 km/h devant une école, c'est un excès qui a valu un an de prison avec sursis pendant deux ans à un conducteur pincé le 6 juin 2018, à 15h53, aux Émibois (JU). Le conducteur a fait recours: «C'est un homme effondré, visiblement traumatisé par ce qui lui arrive, qui s'est présenté devant les juges», a rapporté «Le Quotidien Jurassien».

L'avocat du conducteur l'a décrit comme un homme «respectueux de la loi», victime d'une «Via sicura» jugée «trop sévère». Le prévenu refuse l'étiquette de criminel de la route: «Je n'en dors plus, je suis terriblement angoissé», a-t-il déclaré.

Mis en retard

Sa condamnation le pénalise grandement dans son travail, mais elle a aussi provoqué l'annulation de sa demande de naturalisation. Comment explique-t-il son excès de vitesse? Il s'est dit préoccupé par son travail, après un rendez-vous qui s'est mal passé et qui l'a mis en retard pour le suivant.

«J'écoutais mon GPS, qui venait de m'indiquer que je m'étais trompé, et je ne regardais ni à gauche, ni à droite. À aucun moment, je n'ai réalisé que j'étais encore dans une localité, d'autant plus que la route était rectiligne et qu'il n'y avait ni passage pour piétons, ni gendarme couché», a déclaré le prévenu, selon les propos rapportés dans le QJ.

La Cour pénale du Tribunal cantonal n'a pas été sensible à la critique de «Via sicura»: «Si le panneau de limitation de vitesse n'avait pas été suffisamment en évidence, cela aurait peut-être pu jouer un rôle», a indiqué le juge Pascal Chappuis. Tel n'était pas le cas.

Vincent Donzé

Votre opinion