A 18 ans, il tue la mère d’un camarade d’école et est démasqué 36 ans après

Publié

États-UnisÀ 18 ans, il tue la mère d’un camarade d’école et est démasqué 36 ans après

Le jeune homme avait violé et étranglé une femme de 38 ans. Il a été démasqué grâce aux recherches ADN et vient d’être reconnu coupable de ces crimes.

par
Michel Pralong
La victime, Nancy Daugherty, avait été retrouvée morte chez elle.

La victime, Nancy Daugherty, avait été retrouvée morte chez elle.

Minnesota Bureau of Criminal Apprehension

Le 16 juillet 1986, la police découvre, lors d’une patrouille de routine, le corps de Nancy Daugherty à son domicile de Chisholm, dans le Minnesota. Cette femme de 38 ans a été battue, agressée sexuellement et étranglée. Ce meurtre a entraîné l’une des enquêtes criminelles les plus approfondies du comté de Saint Louis, la police recueillant l’ADN de plus de 100 personnes au fil des ans. Sans que cela conduise à la moindre piste.

Jusqu’en 2020, où un échantillon d’ADN trouvé sur les lieux du crime est confié à une entreprise qui fait des recherches sur les bases de données généalogiques publiques, comme le raconte CBS. Un suspect est identifié, Michael Allan Carbo Jr, 54 ans. Les enquêteurs parviennent à obtenir un échantillon de son ADN, qui correspond à celui retrouvé à l’époque. On tient le coupable.

À l’école avec les enfants de la victime

D’autant plus que l’homme, qui avait donc 18 ans à l’époque, vivait tout près du lieu du crime et allait à la même école que les enfants de Nancy Daugherton. N’ayant commis aucun autre crime connu, son ADN ne figurait dans aucune base de données de l’État et il était passé sous les radars des enquêteurs. Après l’arrestation de l’assassin, Gina, la fille de la victime a écrit dans un communiqué: «Il n’y a pas de mots pour décrire les terribles vides que cela a causés dans tant de vies, y compris dans la mienne. Tant de larmes et de luttes. Elle nous a tellement manqué et son amour me manque».

Mardi 16 août, un jury a reconnu Michael Allan Carbo coupable de deux chefs d’accusation de meurtre au premier degré. Il risque la prison à vie. La sentence sera prononcée le 30 septembre.

Ton opinion